mercredi, 26 avril 2017 •

206 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Modification de la loi fondamentale

Le Bénin ne court aucun danger si la Constitution n’est pas révisée, selon Prof Joël Aïvo




Le professeur Agrégé des facultés de Droit, et rapporteur de la commission Djogbénou, Joël Aïvo était dans les studios de la radio Soleil Fm ce dimanche 19 mars 2017. Il est intervenu sur le principal sujet qu’est la révision la Constitution du 11 décembre 1990.
Pour l’expert en droit constitutionnel, « la Constitution du 11 décembre 1990 est probablement l’une des meilleures Constitutions sur le continent ».
« La Constitution du 11 décembre 1990, elle peut ne pas être révisée. Je pèse mes mots. Si elle n’est pas révisée, le Bénin ne court aucun péril, le Bénin ne court aucun danger, le Bénin n’est menacé par aucune crise majeure, qui (...) projetterait le pays dans l’instabilité », a-t-il martelé avant de se demander si la démocratie béninoise a-t-elle été mauvaise du fait de la non révision de la loi fondamentale.
L’invité de Virgile Ahouansè et de Wilfrid Adoun a soutenu que la Constitution du 11 décembre 1990 a apporté la paix et la stabilité politique au pays et les institutions, malgré quelques dysfonctionnements, fonctionnent plus ou moins harmonieusement. M. Aïvo estime que le chef de l’Etat ne peut pas faire le contraire de l’engagement qu’il avait pris de faire voter la projet de révision de la Constitution par référendum. Et pour cause, si on adopte le texte, "la vie de demain ne sera pas pareille à celle d’aujourd’hui", prévient le constitutionnaliste. Le Président sait qu’on ne peut pas redessiner le destin politique du pays dans le dos de l’opinion, sans le peuple, sans l’informer, en barricadant le débat, en faisant un débat de juristes, d’intellectuels, un débat entre deux institutions, a-t-il rappelé. Le désaccord de M. Aïvo avec le processus de révision porte sur deux choses. D’abord, la procédure d’urgence en session extraordinaire au parlement, "en faisant boucler le bec à tout le monde". Le pire pour tout le monde est que le débat est clos. Notre peuple ne mérite pas d’être barricadé, d’être mis de côté dans la révision de la Constitution, souligne le professeur. Il dénonce aussi le fond de la réforme. Selon lui, il faut amender la Constitution avec mesure. Joël Aïvo critique le Conseil des ministres du 15 mars 2017 qui a relevé dans le texte de transmission du projet de révision à l’Assemblée qu’il y a une "surpuissance nuisible" du Président de la République. Nous n’avons pas choisi de donner autant de pouvoir au chef de l’Etat par hasard. Le constituant et le peuple béninois ont choisi de faire du Président de la République un point d’ancrage et qu’il n’est pas question de l’affaiblir.
« J’ai parfois le sentiment que réviser la Constitution du Bénin est devenu un projet personnel, un défi personnel », relève-t-il.
Il fait également remarquer que le projet actuel est une autre Constitution, puisse que la révision affecte 43 articles et supprime une institution de la République : le Conseil économique et social (Ces). Dans certains pays, les réformes de la Constitution ont précipité des États dans l’instabilité, prévient-il en demandant au peuple béninois d’être vigilant.

Armel TOGNON

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

19 mars 2017 par Dg24h



Le ministère de la santé et l’Oms en tournée de sensibilisation dans le (...)

26 avril 2017 par La Rédaction
La tournée du ministère de la santé et de l’Oms, dans les départements du (...)
Lire la suite

Macron et Le Pen ont une vision de développement pour l’Afrique, selon (...)

25 avril 2017 par Dg24h
La présidentielle française du 23 avril 2017 a porté en triomphe le (...)
Lire la suite

La loi portant identification des personnes physiques adoptée

25 avril 2017 par Dg24h
Les parlementaires réunis en séance plénière, ce lundi 24 avril, ont (...)
Lire la suite

Des citoyens expriment leurs déceptions

24 avril 2017 par Dg24h
Plusieurs citoyens continuent de s’interroger par rapport au rejet du (...)
Lire la suite

Des populations se réinstallent sur les lieux dégagés à Cotonou

24 avril 2017 par Dg24h
Suite aux opérations de déguerpissement menées par Modeste Toboula, (...)
Lire la suite

C’est bizarre ! Au Bénin, aucun pouvoir n’est bon

24 avril 2017 par Dg24h
. Euloge R. GANDAHO/LE GRAND MATIN Laissons de côté, cette triste (...)
Lire la suite
ÉCOUTER RADIO HÉMICYCLE


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires