samedi, 14 décembre 2019 •

332 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Dr Pierre M’Pélé, président honoraire de la Société africaine anti-sida

’’26 millions de personnes vivent avec le VIH en Afrique’’




La communauté internationale a commémoré le 1er décembre 2017, la 29e journée mondiale de lutte contre le sida. A cette occasion, le président honoraire de la Société africaine anti-sida (SAA), Dr Pierre M’Pélé, s’est exprimé sur la pandémie. Dans l’interview qu’il nous accordée à l’issue d’une conférence sur le thème « Trente-six ans de lutte contre le sida », il évoque les dernières statistiques du fléau. Engagé dans la lutte contre le sida dès le début de la pandémie, Dr M’Pélé parle aussi des stratégies nécessaires pour contrôler l’épidémie du VIH sida en Afrique. Fondateur de la Société africaine anti-sida (SAA) et membre fondateur de la Conférence internationale sur le sida et les infections sexuellement transmissibles en Afrique (ICASA), Dr M’Pélé met également l’accent sur les actions majeures de l’institution contre le VIH sida en Afrique.

24haubénin : Dr Pierre M’Pélé, quelles sont les statistiques à ce jour, de la pandémie du VIH sida ?

Dr Pierre M’Pélé : Il y a en 2017, selon le rapport de l’ONUSIDA, 36 millions de personnes vivant avec le VIH dans le monde dont 26 millions en Afrique. Simplement parce que l’Afrique a été et reste le continent le plus touché pour plusieurs raisons. On a les facteurs de risques que sont les infections sexuellement transmissibles, les déterminants socioculturels, la réponse qui n’était pas suffisamment spécifique avec des stratégies les plus adaptées pour répondre à l’épidémie du VIH sida…Voilà pourquoi l’Afrique demeure le continent le plus touché malgré les efforts qui sont réalisés. Mais il faut reconnaître que ces dix dernières années, l’Afrique a réorienté, réadapté ses stratégies, et ces stratégies commencent à produire des résultats en termes de plus grand accès aux antirétroviraux pour les hommes et les femmes, et même pour la transmission mère-enfant. Il y a de plus en plus de femmes qui vivent avec le VIH mais qui ont des enfants qui ne sont pas contaminés par le VIH.

Beaucoup d’efforts ont été faits, vous l’avez dit, mais en tant qu’acteur engagé dans la lutte contre le VIH/sida, quels autres efforts devrait être fournis pour arriver à bout du fléau ?

Il faut continuer. Il faut accélérer les stratégies prometteuses, les stratégies efficaces qui ont été mises en place au cours de ces dix dernières années.

Lesquelles par exemple ?

On peut citer le dépistage. Selon l’orientation de l’ONUSIDA, les 90-90-90, il faut absolument que chaque personne ait accès à un dépistage pour savoir si on est personne vivant avec le VIH sida ou séronégatif. Aujourd’hui, de plus en plus de personnes qui vivent avec le VIH sida ont accès au traitement. C’est valable pour le Bénin et dans beaucoup de pays africains, grâce au financement du Fonds mondial, grâce à l’effort parfois des gouvernements eux-mêmes qui contribuent à faire en sorte que le traitement soit accessible à toute personne vivant avec le VIH sida. Le traitement est très important pour ceux qui vivent avec le VIH sida, parce qu’il permet d’avoir une survie confortable, donc d’être en bonne santé étant malade, mais avec le traitement. Ça permet aussi de contribuer à la prévention, parce que lorsqu’on a une charge virale à zéro, on n’est plus en mesure de transmettre le virus. Donc c’est un traitement à la fois curatif, même si ce n’est pas une guérison totale. Il est aussi préventif. Le dépistage aussi est important parce que celui qui est séronégatif, lorsqu’il est conscient de sa séronégativité, doit adopter les comportements qui lui permettent de rester séronégatif. C’est pour cela que, personnellement et d’ailleurs l’ONUSIDA le reconnaît, je place le dépistage au centre des stratégies d’aujourd’hui et de demain pour espérer contrôler l’épidémie du VIH sida en Afrique.

Quelles actions mène la Société africaine anti-sida pour accompagner tous les efforts qui se font dans la lutte contre le sida ?

Notre principale action ou activité depuis 1990, est l’organisation de la grande conférence internationale sur le sida et les infections sexuellement transmissibles en Afrique. C’est un moment où on rassemble les personnes vivant avec le VIH, les leaders communautaires, les leaders politiques, les scientifiques, les médecins, les chercheurs…. La prochaine conférence va se tenir à Abidjan, du 4 au 9 décembre 2017. Il y aura dix à quinze mille personnes. C’est un moment où on partage l’information. La conférence se tenait chaque année, maintenant c’est tous les deux ans. On se rassemble pour se remobiliser, se remotiver pour repartir avec un souffle nouveau pour combattre le sida dans les différents pays. Ça a été notre principale activité et ça restera notre principale activité, parce que dans les pays il y a les conseils nationaux, les programmes, les ONG. Ils font le travail concret. Nous nous sommes comme une supra structure qui est là pour dire tous les deux ans : rencontrons-nous, partageons nos expériences, partageons ce que nous avons réussi, partageons aussi nos échecs pour que nous puissions bâtir des stratégies adaptées à partir de ces échecs. Voilà ce que la Société africaine anti-sida réalise aujourd’hui tous les deux ans.

Ce 1er décembre est commémorée à travers le monde la 29e journée mondiale de lutte contre le sida. Quel message souhaitez-vous délivrer pour l’occasion ?

Il est dans l’objectif de l’ONUSIDA des 90. 90% des personnes vivant avec le VIH doivent avoir accès au traitement, 90% des personnes doivent être dépistées, et ça c’est le défi le plus important que nous avons. Dépistage, traitement, et bien sûr prévention sur les populations clés, les populations qui sont les plus vulnérables. Ce sont les prostituées, les homosexuels, parfois les prisonniers, les transporteurs routiers, toutes ces personnes qui ont un risque plus grand doivent faire l’objet d’une attention particulière en matière de prévention. Nous devons leur donner l’information, mettre à leur disposition le préservatif, parce que c’est jusque-là le moyen le plus efficace de prévention, pour que nous puissions faire reculer l’épidémie du VIH sida en Afrique.

Juliette Mitonhoun

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

5 décembre 2017 par Dg24h


Ce que Me Alain Orunla a dit sur RFI


29 octobre 2019 par Dg24h
Invité Afrique de RFI ce mardi 29 octobre 2019, le ministre de la (...)
Lire la suite

« Il faut trouver une formulation qui rassure tout le monde ›› (P. (...)


25 octobre 2019 par Dg24h
Les membres du comité chargé de la formulation technique des (...)
Lire la suite

V. Poutine explique les enjeux de la nouvelle coopération (...)


22 octobre 2019 par Dg24h
Dans une interview accordée à l’agence de presse russe TASS, ce 19 (...)
Lire la suite

‹‹ Il faut que les produits fabriqués au Bénin alimentent le commerce (...)


4 juillet 2019 par Dg24h
Le Professeur Barthélemy Biao, Directeur du Laboratoire de recherche (...)
Lire la suite

Cotonou accueille la 2e édition Benin Investment Forum du 11 au 12 (...)


28 mai 2019 par Dg24h
La 2e édition Benin Investment Forum 2019 se déroulera du 11 au 12 (...)
Lire la suite

« L’économie béninoise se porte bien, de mieux en mieux » (Romuald (...)


18 avril 2019 par La Rédaction
L’économie béninoise a fait un véritable rebond ces dernières années. (...)
Lire la suite

Les députés donnent carte blanche à Talon pour 1877,5 milliards (...)


20 décembre 2018 par Dg24h
En plénière, ce jeudi 20 décembre 2018, au palais des gouverneurs, à (...)
Lire la suite

« Il ne sert à rien de faire des enfants qu’on ne peut pas entretenir » (...)


13 novembre 2018 par Dg24h
M. Mathias Kpanou, est membre de l’organe de contrôle de la Plateforme (...)
Lire la suite

« Le Bénin a réalisé une bonne performance mais… » (Komlan Agbo)


26 octobre 2018 par Dg24h
L’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) vient de décerner (...)
Lire la suite

“ Un homme ne peut exercer le pouvoir à bon escient s’il n’est pas (...)


17 juillet 2018 par La Rédaction
Dans le cadre de ce qu’il faut désormais considérer comme un rendez-vous (...)
Lire la suite

‹‹Nous commémorons la vie de Mandela et l’héritage qu’il nous a (...)


14 juillet 2018 par Dg24h
Le Centenaire et la Journée internationale Mandela Day seront (...)
Lire la suite

« La Céna est une escroquerie politique », dixit Richard Boni (...)


14 juin 2018 par La Rédaction
Dans ce qui se présente comme un rendez-vous mensuel avec les Béninois, (...)
Lire la suite

« Avec la nouvelle loi anti-tabac, le paquet de cigarette sera un outil (...)


6 février 2018 par Dg24h
L’ONG Initiative pour l’Education et le Contrôle du Tabagisme (IECT) a (...)
Lire la suite

« Tout régime qui ne fait pas la volonté de son peuple court à sa perte » (...)


27 janvier 2018 par Dg24h
Ancien chargé de Mission au ministère de la Sécurité Publique et des (...)
Lire la suite

Le bàtonnier Jacques Migan se prononce sur le retrait du droit de (...)


15 janvier 2018 par Dg24h
Le débat actuel sur le retrait du droit de grève à certaines corporations (...)
Lire la suite

Ce que prévoient les textes de loi actuellement en vigueur au (...)


7 septembre 2017 par Dg24h
Depuis sa révocation en conseil des ministres au lendemain des (...)
Lire la suite

« Sans cohésion sociale, il peut difficilement avoir un développement (...)


14 juillet 2017 par Dg24h
M. Edgard Gnansounou est un Béninois de la diaspora vivant en Suisse. (...)
Lire la suite

« Aucun dollar ne retournera aux Américains », assure le ministre de (...)


22 juin 2017 par La Rédaction
Le Ministre de l’Energie et des Mines, Dona Jean-Claude Houssou a, lors (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information