vendredi, 18 octobre 2019 •

302 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Dr Pierre M’Pélé, président honoraire de la Société africaine anti-sida

’’26 millions de personnes vivent avec le VIH en Afrique’’




La communauté internationale a commémoré le 1er décembre 2017, la 29e journée mondiale de lutte contre le sida. A cette occasion, le président honoraire de la Société africaine anti-sida (SAA), Dr Pierre M’Pélé, s’est exprimé sur la pandémie. Dans l’interview qu’il nous accordée à l’issue d’une conférence sur le thème « Trente-six ans de lutte contre le sida », il évoque les dernières statistiques du fléau. Engagé dans la lutte contre le sida dès le début de la pandémie, Dr M’Pélé parle aussi des stratégies nécessaires pour contrôler l’épidémie du VIH sida en Afrique. Fondateur de la Société africaine anti-sida (SAA) et membre fondateur de la Conférence internationale sur le sida et les infections sexuellement transmissibles en Afrique (ICASA), Dr M’Pélé met également l’accent sur les actions majeures de l’institution contre le VIH sida en Afrique.

24haubénin : Dr Pierre M’Pélé, quelles sont les statistiques à ce jour, de la pandémie du VIH sida ?

Dr Pierre M’Pélé : Il y a en 2017, selon le rapport de l’ONUSIDA, 36 millions de personnes vivant avec le VIH dans le monde dont 26 millions en Afrique. Simplement parce que l’Afrique a été et reste le continent le plus touché pour plusieurs raisons. On a les facteurs de risques que sont les infections sexuellement transmissibles, les déterminants socioculturels, la réponse qui n’était pas suffisamment spécifique avec des stratégies les plus adaptées pour répondre à l’épidémie du VIH sida…Voilà pourquoi l’Afrique demeure le continent le plus touché malgré les efforts qui sont réalisés. Mais il faut reconnaître que ces dix dernières années, l’Afrique a réorienté, réadapté ses stratégies, et ces stratégies commencent à produire des résultats en termes de plus grand accès aux antirétroviraux pour les hommes et les femmes, et même pour la transmission mère-enfant. Il y a de plus en plus de femmes qui vivent avec le VIH mais qui ont des enfants qui ne sont pas contaminés par le VIH.

Beaucoup d’efforts ont été faits, vous l’avez dit, mais en tant qu’acteur engagé dans la lutte contre le VIH/sida, quels autres efforts devrait être fournis pour arriver à bout du fléau ?

Il faut continuer. Il faut accélérer les stratégies prometteuses, les stratégies efficaces qui ont été mises en place au cours de ces dix dernières années.

Lesquelles par exemple ?

On peut citer le dépistage. Selon l’orientation de l’ONUSIDA, les 90-90-90, il faut absolument que chaque personne ait accès à un dépistage pour savoir si on est personne vivant avec le VIH sida ou séronégatif. Aujourd’hui, de plus en plus de personnes qui vivent avec le VIH sida ont accès au traitement. C’est valable pour le Bénin et dans beaucoup de pays africains, grâce au financement du Fonds mondial, grâce à l’effort parfois des gouvernements eux-mêmes qui contribuent à faire en sorte que le traitement soit accessible à toute personne vivant avec le VIH sida. Le traitement est très important pour ceux qui vivent avec le VIH sida, parce qu’il permet d’avoir une survie confortable, donc d’être en bonne santé étant malade, mais avec le traitement. Ça permet aussi de contribuer à la prévention, parce que lorsqu’on a une charge virale à zéro, on n’est plus en mesure de transmettre le virus. Donc c’est un traitement à la fois curatif, même si ce n’est pas une guérison totale. Il est aussi préventif. Le dépistage aussi est important parce que celui qui est séronégatif, lorsqu’il est conscient de sa séronégativité, doit adopter les comportements qui lui permettent de rester séronégatif. C’est pour cela que, personnellement et d’ailleurs l’ONUSIDA le reconnaît, je place le dépistage au centre des stratégies d’aujourd’hui et de demain pour espérer contrôler l’épidémie du VIH sida en Afrique.

Quelles actions mène la Société africaine anti-sida pour accompagner tous les efforts qui se font dans la lutte contre le sida ?

Notre principale action ou activité depuis 1990, est l’organisation de la grande conférence internationale sur le sida et les infections sexuellement transmissibles en Afrique. C’est un moment où on rassemble les personnes vivant avec le VIH, les leaders communautaires, les leaders politiques, les scientifiques, les médecins, les chercheurs…. La prochaine conférence va se tenir à Abidjan, du 4 au 9 décembre 2017. Il y aura dix à quinze mille personnes. C’est un moment où on partage l’information. La conférence se tenait chaque année, maintenant c’est tous les deux ans. On se rassemble pour se remobiliser, se remotiver pour repartir avec un souffle nouveau pour combattre le sida dans les différents pays. Ça a été notre principale activité et ça restera notre principale activité, parce que dans les pays il y a les conseils nationaux, les programmes, les ONG. Ils font le travail concret. Nous nous sommes comme une supra structure qui est là pour dire tous les deux ans : rencontrons-nous, partageons nos expériences, partageons ce que nous avons réussi, partageons aussi nos échecs pour que nous puissions bâtir des stratégies adaptées à partir de ces échecs. Voilà ce que la Société africaine anti-sida réalise aujourd’hui tous les deux ans.

Ce 1er décembre est commémorée à travers le monde la 29e journée mondiale de lutte contre le sida. Quel message souhaitez-vous délivrer pour l’occasion ?

Il est dans l’objectif de l’ONUSIDA des 90. 90% des personnes vivant avec le VIH doivent avoir accès au traitement, 90% des personnes doivent être dépistées, et ça c’est le défi le plus important que nous avons. Dépistage, traitement, et bien sûr prévention sur les populations clés, les populations qui sont les plus vulnérables. Ce sont les prostituées, les homosexuels, parfois les prisonniers, les transporteurs routiers, toutes ces personnes qui ont un risque plus grand doivent faire l’objet d’une attention particulière en matière de prévention. Nous devons leur donner l’information, mettre à leur disposition le préservatif, parce que c’est jusque-là le moyen le plus efficace de prévention, pour que nous puissions faire reculer l’épidémie du VIH sida en Afrique.

Juliette Mitonhoun

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

5 décembre 2017 par Dg24h


Le Nigéria interdit les échanges de marchandises via ses frontières (...)


15 octobre 2019 par La Rédaction
Pas d’ouverture des frontières nigérianes sans un accord avec les pays (...)
Lire la suite

800 000 conteneurs à traiter d’ici 2025


23 juillet 2019 par Dg24h
Le DG du port autonome de Cotonou (PAC), Joris Thys impulse un nouveau (...)
Lire la suite

« On rêve d’aller en demi-finale... » (E. Imorou)


6 juillet 2019 par Dg24h
Le Bénin a tiré son épingle du jeu en huitièmes de finale à laCoupe (...)
Lire la suite

Des réactions à l’entretien de Patrice Talon


12 avril 2019 par Dg24h
Le chef de l’Etat Patrice Talon au cours d’un entretien tenu dans la (...)
Lire la suite

L’intégralité de l’entretien de Patrice Talon


12 avril 2019 par Dg24h
Le chef de l’Etat s’est exprimé ce jeudi 11 avril sur la situation (...)
Lire la suite

’’Le Programme d’alimentation scolaire ne devrait pas concerner que le (...)


15 mars 2019 par Dg24h
Monsieur le Représentant Résident du PAM au Bénin. Chaque 1er mars, on (...)
Lire la suite

Narcisse Djègui cède sa place à Alexis Houangni


24 septembre 2018 par Dg24h
Malgré ses succès et la dynamique positive imprimée au secteur coton, qui (...)
Lire la suite

Voici les démarches à mener pour sécuriser une parcelle


20 septembre 2018 par Dg24h
Plusieurs formalités entrent désormais dans le processus d’acquisition du (...)
Lire la suite

« La corruption affaiblit la justice, interfère avec les droits de (...)


30 juillet 2018 par Dg24h
A l’heure où notre pays a engagé une transformation de son économie et (...)
Lire la suite

« Nous invitons tous les professionnels des médias à participer (...)


25 avril 2018 par Dg24h
Encore une dizaine de jours et la 3ème édition des Journées Media Bénin (...)
Lire la suite

: " Samuel Dossou-Aworêt attend la notification des deux Etats et reste (...)


21 mars 2018 par Dg24h
Dans interview accordée à Diaspora Fm 102.3 suite à la publication du (...)
Lire la suite

Le Président de Soyuz-Bénin apprécie la réélection de Vladimir (...)


19 mars 2018 par Dg24h
M. Narcisse Justin SOGLO, Président de l’Association des Anciens (...)
Lire la suite

Eric Adja remercie Patrice Talon et son gouvernement


26 décembre 2017 par Dg24h
Quelques jours après la visite mémorable au Bénin, du 13 au 16 décembre (...)
Lire la suite

« Au Togo, il faut mettre de côté la communauté internationale et trouver (...)


26 novembre 2017 par Dg24h
Journaliste et responsable Afrique de la section française de (...)
Lire la suite

L’Ami Philippe LALEYE dévoile les grandes actions de son mandat


8 septembre 2017 par Dg24h
Philippe LALEYE, est désormais le nouveau président du Lions Club (...)
Lire la suite

"Vous verrez bientôt le Président Talon tout neuf "dixit Amoussa (...)


16 juin 2017 par La Rédaction
Amoussa Rahimi est un métaphysicien béninois. Auteur du livre « Patrice (...)
Lire la suite

« Dans l’ESC, on voit le sexe, or la sexualité n’est pas que le sexe (...)


14 juin 2017 par
Démarré en 2008 au Togo, le processus de réalisation de l’Education (...)
Lire la suite

Les conseil du Dr Gouda Abdoul Akim pour éviter le virus (...)


18 mai 2017 par Dg24h
La fièvre hémorragique virale Lassa fait des victimes au Bénin depuis (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information