mercredi, 6 juillet 2022 •

674 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Ah cette malédiction du troisième mandat !




(Par Roger Gbégnonvi)

​Tristesse du peuple béninois à la vue des peuples africains soumis à la possibilité d’un troisième mandat présidentiel auquel aspirent tels Chefs d’Etat malgré leur âge plutôt avancé, et sous le couvert d’une constitution par eux révisée. Il n’est pas évident que la perspective réjouisse la majorité de leurs concitoyens. Le peuple béninois peut, quant à lui, se réjouir d’avoir mis la gérontocratie KO au cours d’un combat mémorable en deux rounds.
​Le premier round se joua autour de la limitation d’âge. Trois anciens présidents s’en estimèrent lésés. Il est vrai que, à cause de la propension des casernes à lorgner vers les palais présidentiels, aucun des trois n’avait fini son mandat. D’où, peut-être, leur amertume pendant la campagne référendaire en 1990. L’un promit qu’on ne l’enterrerait pas vivant, l’autre révéla que la loi le visait, lui, et que si le crime était perpétré, il serait vengé sur des générations par les siens. Ambiance. Contre mauvaise fortune le troisième fit bon cœur en exigeant que le futur président prenne avec lui des membres de son parti. Le peuple n’étant pas entré en Renouveau démocratique pour cajoler ses aïeux, on adopta la Constitution sans modification. Le président élu ne prit avec lui aucun ami du troisième aïeul. Dépité, il voua le réfractaire et tout son gouvernement aux gémonies. Ambiance. Fin du premier round.
​Le deuxième round se joua autour de l’impossibilité d’un troisième mandat. Or chaque président qui avait obtenu le second mandat s’était mis, sans le dire ouvertement, à cajoler le troisième qui déboucherait, bien entendu, sur le quatrième, dans le cadre d’une constitution ‘‘légèrement’’ retouchée. Et pourquoi celui qui aura exercé le pouvoir pendant vingt ans d’affilée y renoncerait de son vivant ? Paré du don divin de sonder le cœur de ses présidents, le peuple béninois sortit chaque fois à temps le carton rouge « Touche pas à ma Constitution ! » Mais il fut surpris par la générosité à rebours de l’homme de la Rupture venu lui parler d’un mandat présidentiel unique de sept ans au maximum. Méfiant, entendant partout des non-dits et des arrière-pensées pas exprimées, le peuple complota sans doute et fit échouer le mandat unique sur la phrase devenue célèbre : « Moi aussi j’ai pris l’argent ! » Sous-entendu, ‘‘mais je n’ai pas fait le travail’’. Car le Béninois bas de gamme se déshonore dès qu’il a perçu les arrhes. Mais notre homme comprit qu’il ferait Rupture en conservant, solides, les articles qui firent cauchemarder ses prédécesseurs. Et il respecta le peuple en les élevant sur un socle de marbre. Fétiches intouchables. Cerbères farouches de la démocratie au Bénin. Ainsi, le 7 novembre 2019, il put « Toucher à ma Constitution ». Les deux vaudous tutélaires étant restés respectés et vénérés, nul n’alla regarder les 158 autres articles… Bof !
​Généreux à son tour, le peuple béninois mandate son président pour aller proposer aux Africains d’adopter dans leur Constitution notre cauchemardesque 2ème alinéa de l’Article 42 nouveau (sic) : « En aucun cas, nul ne peut, de sa vie, exercer plus de deux mandats de président de la République. » Chaque mot percute et, du même coup, résout déjà la limite d’âge, étant entendu que, entre 40 et 70 ans, si vous le souhaitez et que le peuple vous l’accorde, vous avez eu le temps de vous faire élire deux fois président de la République. Est effacée en tout cas la malédiction du troisième mandat avec ses malheurs associés tels que l’obligation pour le peuple de surveiller son président démocrate comme du lait sur le feu pour qu’il ne vire pas au vrai faux monarque ou au Maréchal de scène, l’absence ou la raréfaction d’un personnel politique présidentiable parce que les jeunes ambitions font le pied de grue jusqu’à plus soif, etc. Et l’Afrique qui point ne décolle, alors que le devoir de tout président africain est de dégager l’horizon pour que l’Afrique dès aujourd’hui prenne le large. Elle le peut. Elle le doit. Levons les amarres du navire Afrique.

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

6 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN




ET LES CROUPIONS DE DINDES ?


5 juillet 2022 par Judicaël ZOHOUN
Oncle AGBAYA ! On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou dirige un (...)
Lire la suite

Quand des citoyens béninois s’adressent à leur classe politique


2 juillet 2022 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​A la veille, encore un peu lointaine, des (...)
Lire la suite

Le Bénin un pays à produire des Chefs d’Etat pour la Centrafrique : (...)


30 juin 2022 par Judicaël ZOHOUN
Excepté l’Empereur Bokassa, le Bénin a joué un rôle déterminant dans (...)
Lire la suite

Que cesse l’Afrique de s’offrir à l’humiliation


18 juin 2022 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​« Nous ne sommes pas vraiment dans le débat de (...)
Lire la suite

Talon face à l’Histoire...


16 juin 2022 par Judicaël ZOHOUN
La dernière rencontre, entre le Chef de l’Etat et son prédécesseur, n’en (...)
Lire la suite

MON NEVEU YANKOTY, HALTE A LA CONCURRENCE !


16 juin 2022 par Judicaël ZOHOUN
Oncle AGBAYA On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou dirige (...)
Lire la suite

Révélation ou Révolution


27 mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
C’est déjà clair : le Bénin ‘’révélé’’, sera un Bénin renouvelé. La Rupture (...)
Lire la suite

Oncle AGBAYA ! LE RIB AVEC LE RIP !


27 mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou dirige un pays de pagailleurs (...)
Lire la suite

Oncle AGBAYA ! REPENTEZ-VOUS, ET CROYEZ EN DAAGBO !


24 mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou dirige un pays de pagailleurs (...)
Lire la suite

Koffi Aza en politique, vivement le prochain TOFA !


12 mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
On ne saurait en douter : le professeur Koffi Aza, a forcément (...)
Lire la suite

Oncle AGBAYA ! JE VOUS SALUE MAJESTES !


12 mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
ON vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou dirige un pays de pagailleurs (...)
Lire la suite

LE PARTI ARC-EN-CIEL DÉPLOIE SES COULEURS PARTOUT OÙ C’EST (...)


6 mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
La factualité de son appartenance à la mouvance présidentielle étant (...)
Lire la suite

Violente percée de Zemmour à Cotonou


1er mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Il s’agit du premier tour des élections (...)
Lire la suite

Macron, Poutine, et les ‘’influenceurs’’


28 avril 2022 par Judicaël ZOHOUN
Entre deux frappes sur l’Ukraine, Vladimir Poutine a donc eu le temps, (...)
Lire la suite

COUSIN KASSA MAMPO, TU FERAS CA ?


28 avril 2022 par Judicaël ZOHOUN
On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou dirige un pays de pagailleurs (...)
Lire la suite

La ‘’remontada’’, version arc-en-ciel


14 avril 2022 par Judicaël ZOHOUN
Dimanche dernier, une heure après la fermeture des bureaux de vote en (...)
Lire la suite

Oncle AGBAYA RAMENEZ-LES LA BAS !


12 avril 2022 par Judicaël ZOHOUN
On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou dirige un pays de pagailleurs (...)
Lire la suite

BRUNO ET ABDOULAYE, LACHEZ LES FORMES !


8 avril 2022 par Judicaël ZOHOUN
On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou dirige un pays de pagailleurs (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires