lundi, 26 octobre 2020 •

361 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Bienfaits du coivid-19 pour les Béninois




(Par Roger Gbégnonvi)

​Vivant dans le confinement, les Béninois vivent également dans la crainte et le tremblement, parce qu’ils sont de ceux dont on a dit qu’ils n’enterreraient pas indéfiniment par demi-douzaines leurs morts du covid-19 pendant que l’Occident compte chaque jour les siens par centaines. Vu notre précarité légendaire, et faisant pencher en toute logique la balance de notre côté, des Occidentaux crédibles voient déjà villes et villages d’Afrique jonchés de millions de cadavres covid-19. Les Béninois en ont perdu leur joie de vivre. Mais se souvenant que « Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés », ils se consolent à envisager les bienfaits que les survivants d’entre eux s’offriraient pour une vie nouvelle inspirée des anciens paradigmes revus et corrigés à la lumière foudroyante du covid-19.
​Pendant tout le confinement, nous aurons enterré nos morts avec grande décence. Ni uniforme ni ripaille. Quelques jours à la morgue. Au total, dix parents et amis pour accompagner le cher défunt à sa demeure ultime. C’était déjà un peu le cas il y a longtemps, quand la morgue n’existait pas et que trois jours, au maximum, du confinement du cadavre à domicile ne suffisaient pas pour préparer une fête funéraire à la gloire des vivants. Le covid-19 nous aura appris à revenir, peu ou prou, à ce vieux paradigme respectueux du défunt.
​Pendant tout le confinement, nos lieux de culte seront restés clos. Ni cloches sonnant à la volée pour annoncer aux fidèles assemblés que Christ est vraiment ressuscité. Ni prêche ardent au premier jour du saint Ramadan pour appeler les croyants assemblés à une piété accrue tout au long du mois sacré. Ni mort revenu en vaudou pour mettre en délire la foule assemblée soulevant force poussière et remuant l’univers de tout ce qu’elle peut de tapage et tambourinage. Sans nous renvoyer dans les catacombes ou dans les sombres arrière-cours de nos couvents, le covid-19 nous aura appris à recevoir, dans un enthousiasme plutôt intériorisé que débridé, toute joie, tout salut et toute consolation accordés par la Divinité.
​Pendant tout le confinement, le vacarme extérieur des nuits et des jours se sera atténué de beaucoup et même éteint. Plus de haut-parleurs rageurs crachant leurs décibels dans des rues étonnamment fluides. Aucune larme versée à l’annonce de la fermeture des bars : on se sera offert chez soi la convivialité qu’on y allait chercher dans un brouhaha nourri d’effluves éthyliques. Avec ou sans masque, nous n’aurons plus hurlé nos sentiments, nous les aurons susurrés, un peu comme au confessionnal. Digne et discret. Pas feutrés. De l’espace pour l’autre aussi. Ç’aura été de toute grandeur. Avec un certain bonheur, nous nous serons découverts du côté opposé à l’incessante clameur. Sans nous confiner à l’hiératisme des moines bénédictins ou tibétains, le covid-19 nous aura appris à comprendre un peu mieux le silence à l’extérieur d’eux et le silence à l’intérieur d’eux. Au confluent de ces deux silences surgissent les intuitions innovantes et novatrices et naissent aussi les génies pour leur faire prendre corps et les réunir en faisceau lumineux afin de permettre à l’humanité de traverser, en étant de plus en plus avertie, ses malheurs incessants.
​Seule la nuit s’ouvre aux étoiles. Le jour ne les dévoile pas. Puissent les Béninois, confinés et meurtris, regarder avec courage et espoir les étoiles que leur dévoile la nuit du covid-19 et qui les éclairent pour les sillons qu’ils traceront demain en vue de plus belles moissons. Puisse l’humanité, confinée et meurtrie, entrevoir déjà demain. Pourquoi cette nuit de détresse a-t-elle réuni les deux hémisphères et s’est voulue tragédie planétaire ? C’est pour que tous hommes et femmes de partout se rencontrent, frères et sœurs, dans cette solidarité tourmentée, que nous transfigurerons ensemble afin d’empêcher le covid-19 d’avoir le dernier mot sur nous. Non, le covid-19 ne l’emportera pas sur notre humanité.

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

2 mai 2020 par Judicaël ZOHOUN




Evolution de l’Etat au Bénin


24 octobre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Dans son interview à Jeune Afrique (N° 3093, (...)
Lire la suite

Chemins et textes pour la victoire


17 octobre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​« Les hommes meurent et ils ne sont pas heureux (...)
Lire la suite

Et pourtant Lionel Louis ZINSOU a raison


9 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
Dans un pays où la politique est galvaudée et se fait en silence si non (...)
Lire la suite

L’Afrique en mouvement : Accélérer l’avenir numérique du continent


2 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
En tant que continent doté d’un très fort potentiel de croissance (...)
Lire la suite

ET SI TALON ÉTAIT LE BALAI DU ROI BEHANZIN


1er septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
Ce titre surprenant, qui fait du Président TALON un balai, mérite une (...)
Lire la suite

Covid 19 au Togo et en Afrique de l’Ouest !


16 août 2020 par Judicaël ZOHOUN
Par Dr. Mehenou Amouzou Le gouvernement du Togo, par son Ministre (...)
Lire la suite

Etude dans six pays d’Afrique de l’Ouest et centrale sur les (...)


9 juillet 2020 par Judicaël ZOHOUN
Comment accompagner les FinTechs pour réussir le pari de l’inclusion (...)
Lire la suite

Transformation du FCFA en ECO, actée par la France : Supplique aux 9 (...)


4 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
Par Philippe HOUNKPATIN, Dr.-Ing. en Génie électrique, à la retraite (...)
Lire la suite

MINNEAPOLIS : SILENCE ON ÉCRASE DU NÈGRE ! (Par Aliou TALL).


29 mai 2020 par Judicaël ZOHOUN
Imaginez-vous plaqué au sol, menotté, le poids et la pression du corps (...)
Lire la suite

COVID 19 : Quid de l’industrie nationale ?


24 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
Un mal qui répand la terreur, déstabilise l’humanité et fait valser les (...)
Lire la suite

Me Fatiou Ousman demande le report des communales


17 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
Les élections communales et municipales sont fixées au 17 mai 2020. Mais (...)
Lire la suite

Africain en chine : Non à l’apartheid sanitaire (Aliou TALL)


16 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
Nous ne sommes ni vos pangolins, ni vos chauves-souris. La Chine (...)
Lire la suite

Le déni et la psychose


24 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
Depuis l’expansion inattendue et impromptue du virus, identifié sous (...)
Lire la suite

Un Sans-papiers face au Coronavirus (Par Aliou TALL)


22 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
Dans le confinement l’altérité s’altère. Le riche, le pauvre, le Blanc, Le (...)
Lire la suite

Pourquoi ‘‘les gens’’ sont contre la Rupture


14 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​‘‘Les gens’’, c’est d’abord le groupuscule de (...)
Lire la suite

Démocratie et démographie au Bénin


22 février 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Les Béninois fêtent les 30 ans de leur Conférence (...)
Lire la suite

Vœu de nouvel élan panafricain


12 février 2020 par Judicaël ZOHOUN
Moussa Kanté est doctorant géographe-politiste, chercheur à l’école (...)
Lire la suite

La réponse de Victor Topanou à Vincent Foly


19 janvier 2020 par Judicaël ZOHOUN
Le Professeur Victor Topanou a tenu à répondre à Vincent Foly au Terme de (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires