mercredi, 6 juillet 2022 •

619 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Et le virus mute à l’image de l’homme mutant




(Par Roger Gbégnonvi)

​Non seulement le Covid-19 est insaisissable, mais dans son insaisissabilité il mute, en des variants plus énergiques que la souche première, ce qui, évidemment, fait enrager le genre humain, les médecins virologues en tête. Alors, comme s’il voulait révéler l’homme à lui-même dans sa relation à soi, le Covid-19 insinue qu’il n’a pas créé l’Université des Mutants, où ne circulent point ses copains les virus, mais bien des hommes et des femmes. Alors, l’homme réfléchit et se souvient qu’il n’y a pas que ladite université sur l’Île de Gorée au Sénégal, mais que certains de ses dires et textes consacrent son caractère imprévisible et mutant, créature au comportement trop souvent salé-sucré – ô, « - Hypocrite lecteur – mon semblable – mon frère ! » – ironise Baudelaire avec justesse, sagesse et poésie.
Et le peuple Aja-Tado d’y aller de sa propre poésie pour dire l’humain : « La vie [de l’homme], c’est la palme du palmier au bord de la rivière : tantôt elle balance à droite, tantôt elle balance à gauche ». C’est ce mouvement de balançoire que le Covid-19 révèle á l’homme dans sa relation à soi. Reproche-t-on au Covid-19 de muter, il répond qu’il est dans l’ADN de tout vivant, et donc dans le sien, virus vivant, de muter. A chaque mutation, le vivant prend du poil de la bête, ce qui peut le rendre redoutable, et même sans foi ni loi. Michel de Montaigne atteste : « Certes, c’est un sujet merveilleusement vain, divers et ondoyant que l’homme. Il est malaisé d’y fonder jugement constant et uniforme. » Et Blaise Pascal lui emboîte le pas : « Vérité au deçà des Pyrénées, erreur au-delà. » Quand Montaigne saupoudre de « merveilleusement » la vanité diverse et ondoyante, Pascal redore les blasons en y insérant « misères de grand seigneur ». Seigneur que n’épargne pas le mutant Covid-19.
Bien avant Montaigne et Pascal, la grande mystique Thérèse d’Avila avait supplié l’Eternel pour l’homme mutant affublé de son moi divers et ondoyant : « Dieu, considérez que nous ne nous entendons pas nous-mêmes et que nous ne savons pas ce que nous voulons et que nous nous éloignons infiniment de ce que nous désirons ». Chateaubriand, qui a dû lire les trois auteurs ci-dessus, les rejoint dans leur vision de l’homme : « Notre cœur est un instrument, une lyre où il manque des cordes, et où nous sommes forcés de rendre les accents de la joie sur le ton consacré aux soupirs. » Lyre sans doute désaccordée en plus d’être incomplète. Terrible handicap. Et sauve-qui-peut quand s’envient le mutant Covid-19.
​Le peuple Aja-Tado, pour en revenir à lui, sait depuis toujours que « les choses [qui] nous assaillent et nous lacèrent » n’ont pas d’âme. Ce peuple, hélas analphabète, n’a pas lu les auteurs ci-dessus, et pas non plus Albert camus. Mais en son tréfonds, il est d’accord avec l’auteur de L’homme révolté, qui est tout uniment le philosophe de l’absurde : « Il n’y a qu’un problème philosophique vraiment sérieux : c’est le suicide. Juger que la vie vaut ou ne vaut pas la peine d’être vécue, c’est répondre à la question fondamentale de la philosophie. Le reste…vient ensuite ». Pour vivre à l’ère du Covid-19 et, peut-être, survivre au Covid-19, l’homme doit rationaliser l’absurde qui l’agresse, chercher et trouver le sens de l’absurde, quitte à prendre le risque de la très philosophique saturation du sens, révélatrice du même éternel. Pour un désenchantement grandiose. Un désenchantement de « grand seigneur ».
​Tâche à faire par l’homme en sa qualité de vaillant habitant de la terre. Quand Lamartine s’interroge « Ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges / Jeter l’ancre un seul jour ? », c’est non ! Parce que la croissance démographique et les progrès techniques et technologiques s’accompagnent de la naissance de nouveaux virus qui mutent à l’image de l’homme mutant. Dans le malheur, si malheur il y a, restera au ‘‘grand seigneur’’ la grande consolation de Pascal, « l’homme plus noble que ce qui le tue, parce qu’il sait qu’il meurt ».

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

13 février 2021 par Judicaël ZOHOUN




Réduction des coûts de raccordement au réseau électrique


6 juillet 2022 par Marc Mensah
Le gouvernement a adopté une nouvelle politique (2022-2026) de (...)
Lire la suite

Des réponses de Interpol aux menaces sur la région


6 juillet 2022 par Ignace B. Fanou
Les travaux de la 25e conférence africaine de l’Organisation (...)
Lire la suite

Cotonou Barbecue c’est du 21 juillet au 1er Août 2022


6 juillet 2022 par Judicaël ZOHOUN
Cotonou Barbecue c’est du 21 juillet au 1er Août !!! Viens partager des (...)
Lire la suite

Un pharmacien condamné à 10 ans de prison et 120 millions (...)


5 juillet 2022 par Marc Mensah
La Cour de Répression des Infractions Économiques et du Terrorisme (...)
Lire la suite

La Lutte contre l’infanticide rituel entravées par l’intransigeance de la (...)


5 juillet 2022 par Judicaël ZOHOUN
Au nom de la tradition, l’infanticide rituel fait de nombreuses (...)
Lire la suite

Une école pas comme les autres au Bénin


3 juillet 2022 par La Rédaction
Les maux dont souffre l’école sinon le système éducatif béninois sont (...)
Lire la suite

Un propriétaire arrêté pour vol de moto de son locataire


1er juillet 2022 par Marc Mensah
Un homme a été déposé en prison, jeudi 30 juin 2022, pour vol d’une moto (...)
Lire la suite

Un jeune vole 62 millions F, sa mère et son ami arrêtés


30 juin 2022 par Marc Mensah
Le procès de l’ami et de la mère d’un jeune employé d’une entreprise de (...)
Lire la suite

Trois Nigérians jugés le 19 juillet prochain


29 juin 2022 par Marc Mensah
Le procès de trois ressortissants du Nigéria arrêtés pour trafic (...)
Lire la suite

Le St Patron de l’Ordre de Malte célébré à Cotonou


28 juin 2022 par Judicaël ZOHOUN
L’Ambassade de l’Ordre de Malte près le Bénin située dans les villas (...)
Lire la suite

ARIC et IAS forment des cadres à l’audit social à Grand Popo


27 juin 2022 par Ignace B. Fanou
Pour une meilleure performance au sein des entreprises, Azur (...)
Lire la suite

Le rapport provisoire de l’étude sur VBG au Bénin pré validé


27 juin 2022 par Ignace B. Fanou
Les acteurs clés œuvrant pour la protection contre les Violences basées (...)
Lire la suite

Un individu et un élu local jugés le 27 juillet prochain


23 juin 2022 par Marc Mensah
Le procès des auteurs présumés de l’information annonçant l’entrée à (...)
Lire la suite

Le CA Théophile Bassaou remplace feu Alassane Zoumarou


23 juin 2022 par Marc Mensah
Le Conseil communal de Djougou est au complet depuis mardi 21 juin (...)
Lire la suite

Deux agents de l’ANIP jugés le 06 juillet prochain


23 juin 2022 par Marc Mensah
Le Tribunal de Première Instance (TPI) de première de classe de Cotonou (...)
Lire la suite

Le maire Jocelyn Ahyi clarifie et rassure les populations


21 juin 2022 par Ignace B. Fanou
La réaction de la première autorité de la commune de Grand-Popo ne s’est (...)
Lire la suite

Ce qu’il en est des poissons échoués sur les plages


21 juin 2022 par Ignace B. Fanou
Depuis quelques jours, un phénomène peu ordinaire se produit sur les (...)
Lire la suite

36 mois avec sursis pour Owolobè, prison ferme pour 8 ministres


18 juin 2022 par Ignace B. Fanou
Rebondissement dans l’affaire bastonnade au Palais de la confrérie (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires