lundi, 1er juin 2020 •

227 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Restauration de rue à Cotonou

Fréquenter les cafétérias, ou comment se rendre malade




Les cafétérias pullulent aujourd’hui dans les coins de rue dans la ville de Cotonou. Jeunes, vieux, célibataires et mariés s’en donnent à cœur joie pour y satisfaire leur appétit à moindre coût. Ces abonnés des ‘’cafèt’’ ne prennent pas toujours en compte les conditions dans lesquelles les gérants de ces lieux préparent les différents mets.

Du spaghetti rouge ou blanc avec ou sans omelette ou viande, du lait caillé, du thé ou encore du couscous, voilà quelques mets que proposent les cafétérias de Cotonou. Les coûts de ces mets varient souvent entre 300 et 500 FCFA et parfois au-delà pour certains plats. Autrefois, l’activité était dominé par des Nigériens et des Guinéens, mais aujourd’hui beaucoup de Béninois ont envahi le secteur et offrent également ces services.
Dame Véronique est une béninoise propriétaire d’une cafétéria à Fidjrossè, quartier situé dans le 12 ème arrondissement de Cotonou. A 17h30, elle apprête déjà la nourriture pour ses clients.
S’affairant à la cuisine pour satisfaire ses clients au plus tard à 18 h elle confie : « C’était un Guinéen qui avait sa cafétéria au bord de la voie, mais depuis que les autorités ont déguerpi les gens des espaces publics, il a dû quitter les lieux. Peu de temps après, j’ai décidé de commencer cette activité dans ma rue puisque le Guinéen avait beaucoup de clients ».
Une étudiante en tenue visiblement fatiguée, venue sur les lieux lance à dame Véronique : « Je veux comme d’habitude mais avec omelette, je reviens prendre dans quelques minutes ».
Comme cette étudiante, ils sont nombreux à fréquenter les cafétérias de la ville de Cotonou. Ludovic Mehou, client fidèle de dame véronique confie : « Quand j’ai un petit creux, je viens très souvent ici et avec 300 F j’ai déjà rempli mon ventre ».
Pour Alban, apprenti mécanicien âgé de 16 ans, la raison est la même. Le prix des mets de cette cafétéria est accessible à son portefeuille. « A la cafétéria, c’est moins cher, tu viens avec peu de sous et tu es satisfait ».
Contrairement à dame véronique, Kounbéni, gérant d’une cafétéria au quartier Aibatin, à Cotonou, ouvre ses portes à 7 h. « Je suis déjà là vers 7 h, il y a des clients qui viennent souvent prendre du thé et parfois avec omelette avant d’aller au boulot. Quant aux plats, ils sont prêts déjà vers 12 h », a-t-il signalé.
Le seul client rencontré sur les lieux confirme les propos de Kounbéni. « Je suis abonné ici, chaque matin, je viens ici prendre mon petit déjeuner avant d’aller faire mes activités. Il est à l’heure et ses mets ne sont pas mal ».

Des risques pour la santé

Si la majorité des usagers rencontrés fréquentent les cafétérias à cause du coût moins cher ou de la quantité du mets, la plupart d’eux ne prennent pas en compte la qualité du mets, encore moins les conditions dans lesquelles ils sont préparés.
Car il y a parfois un potentiel danger pour la santé pour les consommateurs.
Edmond Lokossou confie avoir récemment conduit une de ses sœurs habituée aux cafétérias à l’hôpital suite à des maux de ventre atroces. « Ma sœur a eu une complication digestive au milieu de la nuit après avoir mangé le spaghetti rouge à la cafétéria. Arrivée à l’hôpital, le médecin a notifié qu’il s’agit d’une intoxication alimentaire », a-t-il déclaré. Selon Edmond Lokossou, le médecin lui a conseillé de ne plus consommer des aliments dont la qualité hygiénique est douteuse.
Manassé Cakpo ancien féru de ces lieux de restauration a aussi vécu une situation pareille. « Je ne mange plus n’importe où depuis que j’ai eu des problèmes de santé. Tu vas à certains endroits et à vue d’œil tu remarques déjà que le lieu n’est pas propre. On ignore souvent si ce qu’ils utilisent pour préparer les mets sont déjà périmés ou pas. Par contre, il y a certains gérants de cafeterias qui font bien les mets », a-t-il affirmé.
La gérante d’une cafeteria à Cadjéhoun, qui a requis l’anonymat assure qu’elle offre ses services en tenant compte de la qualité mais aussi de la quantité pour pouvoir satisfaire les clients. « Je ne peux pas mettre en péril la santé de mes clients. Tout d’abord, l’hygiène c’est la première raison qui m’amène des clients. Ils disent souvent que mes plats sont chers, mais quand ils mangent ils sont satisfaits ».
Selon Célia Houngla, mère de famille, les cafétérias de nos jours se multiplient et il faut savoir choisir le lieu approprié pour manger. « Je refuse toujours à mes enfants de manger n’importe où », souligne-t-elle.
Pour elle, il ne s’agit pas « seulement de remplir son ventre, mais s’assurer de la qualité de ce que nous consommons ».

A.A.A

Quelques images

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

21 septembre 2019 par Dg24h


« Les artistes sont déjà morts de leur vivant »


31 mai 2020 par Akpédjé Ayosso
Figure emblématique de la musique béninoise, Assa Cica est décédé le (...)
Lire la suite

Acquéreurs de parcelle, la peur au ventre


30 mai 2020 par Dg24h
Immersion dans le dédale foncier
Lire la suite

Coris Bank sensibilise contre la Covid-19


30 mai 2020 par Akpédjé Ayosso
Coris Bank contribue à la lutte contre la propagation du Covid-19 au (...)
Lire la suite

La fondation ABAKÈ fait don de masques et de dispositifs de lavage des (...)


28 mai 2020 par Hubert Marcel Houéto
La Fondation ABAKÈ poursuit sa lutte contre la propagation du (...)
Lire la suite

Aboubacar Yaya n’obtient pas la majorité pour se faire élire (...)


28 mai 2020 par Dg24h
Seul candidat au poste, le candidat des FCBE n’a pu se faire élire au (...)
Lire la suite

Yaya Aboubacar prochain maire de Parakou


28 mai 2020 par Dg24h
Les conseillers municipaux Fcbe de Parakou ont tenu une réunion pour (...)
Lire la suite

Menace sur les terres agricoles


25 mai 2020 par Dg24h
Achats massifs de terres en milieu rural, non respect des textes sur (...)
Lire la suite

Agoué, une destination touristique menacée de disparition


24 mai 2020 par Dg24h
La ville historique d’Agoué, le plus grand et plus peuplé arrondissement (...)
Lire la suite

191 cas confirmés ,106 personnes sous traitement, 82 cas guéris et 03 (...)


24 mai 2020 par Akpédjé Ayosso
Nouveau bilan des cas de coronavirus en République du Bénin. Selon le (...)
Lire la suite

Les responsables de la prison limogés


22 mai 2020 par Ignace B. Fanou
Les responsables de la prison civile d’Akpro-Missérété viennent d’être (...)
Lire la suite

Bars, mosquées et marchés autorisés à rouvrir


22 mai 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Les marchés frontaliers, les bars et autres débits de boissons, et le (...)
Lire la suite

La fondation Abakè fait don de vivres aux fidèles musulmans


22 mai 2020 par Hubert Marcel Houéto
La fondation Abakè a fait don de vivres aux fidèles musulmans un peu (...)
Lire la suite

Jean Codo L’ancien conseiller de feu Kérékou n’est plus


21 mai 2020 par Ignace B. Fanou
L’Ancien conseiller technique au tourisme de feu Général Mathieu Kérékou (...)
Lire la suite

La fondation MTN fait don de tables-bancs


20 mai 2020 par Hubert Marcel Houéto
La Fondation MTN a fait don de 250 tables-bancs aux collèges (...)
Lire la suite

Les USA accordent 2,7 milliards CFA au Bénin


20 mai 2020 par Dg24h
Le Gouvernement des États-Unis a engagé 4,5 millions de dollars, soit (...)
Lire la suite

Un homme sauvé d’une tentative de suicide


18 mai 2020 par Akpédjé Ayosso
Un homme âgé de la quarantaine environ a tenté de se donner la mort en se (...)
Lire la suite

Un homme tue le frère de sa copine


18 mai 2020 par Akpédjé Ayosso
Assassinat dans la nuit du samedi 16 au dimanche 17 mai 2020 à Ekpè, (...)
Lire la suite

La fondation ABAKÈ distribue les masques dans les orphelinats


16 mai 2020 par Hubert Marcel Houéto
Une équipe de la fondation ABAKÈ est allée ce samedi 16 mai 2020, (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires