mardi, 22 octobre 2019 •

429 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Restauration de rue à Cotonou

Fréquenter les cafétérias, ou comment se rendre malade




Les cafétérias pullulent aujourd’hui dans les coins de rue dans la ville de Cotonou. Jeunes, vieux, célibataires et mariés s’en donnent à cœur joie pour y satisfaire leur appétit à moindre coût. Ces abonnés des ‘’cafèt’’ ne prennent pas toujours en compte les conditions dans lesquelles les gérants de ces lieux préparent les différents mets.

Du spaghetti rouge ou blanc avec ou sans omelette ou viande, du lait caillé, du thé ou encore du couscous, voilà quelques mets que proposent les cafétérias de Cotonou. Les coûts de ces mets varient souvent entre 300 et 500 FCFA et parfois au-delà pour certains plats. Autrefois, l’activité était dominé par des Nigériens et des Guinéens, mais aujourd’hui beaucoup de Béninois ont envahi le secteur et offrent également ces services.
Dame Véronique est une béninoise propriétaire d’une cafétéria à Fidjrossè, quartier situé dans le 12 ème arrondissement de Cotonou. A 17h30, elle apprête déjà la nourriture pour ses clients.
S’affairant à la cuisine pour satisfaire ses clients au plus tard à 18 h elle confie : « C’était un Guinéen qui avait sa cafétéria au bord de la voie, mais depuis que les autorités ont déguerpi les gens des espaces publics, il a dû quitter les lieux. Peu de temps après, j’ai décidé de commencer cette activité dans ma rue puisque le Guinéen avait beaucoup de clients ».
Une étudiante en tenue visiblement fatiguée, venue sur les lieux lance à dame Véronique : « Je veux comme d’habitude mais avec omelette, je reviens prendre dans quelques minutes ».
Comme cette étudiante, ils sont nombreux à fréquenter les cafétérias de la ville de Cotonou. Ludovic Mehou, client fidèle de dame véronique confie : « Quand j’ai un petit creux, je viens très souvent ici et avec 300 F j’ai déjà rempli mon ventre ».
Pour Alban, apprenti mécanicien âgé de 16 ans, la raison est la même. Le prix des mets de cette cafétéria est accessible à son portefeuille. « A la cafétéria, c’est moins cher, tu viens avec peu de sous et tu es satisfait ».
Contrairement à dame véronique, Kounbéni, gérant d’une cafétéria au quartier Aibatin, à Cotonou, ouvre ses portes à 7 h. « Je suis déjà là vers 7 h, il y a des clients qui viennent souvent prendre du thé et parfois avec omelette avant d’aller au boulot. Quant aux plats, ils sont prêts déjà vers 12 h », a-t-il signalé.
Le seul client rencontré sur les lieux confirme les propos de Kounbéni. « Je suis abonné ici, chaque matin, je viens ici prendre mon petit déjeuner avant d’aller faire mes activités. Il est à l’heure et ses mets ne sont pas mal ».

Des risques pour la santé

Si la majorité des usagers rencontrés fréquentent les cafétérias à cause du coût moins cher ou de la quantité du mets, la plupart d’eux ne prennent pas en compte la qualité du mets, encore moins les conditions dans lesquelles ils sont préparés.
Car il y a parfois un potentiel danger pour la santé pour les consommateurs.
Edmond Lokossou confie avoir récemment conduit une de ses sœurs habituée aux cafétérias à l’hôpital suite à des maux de ventre atroces. « Ma sœur a eu une complication digestive au milieu de la nuit après avoir mangé le spaghetti rouge à la cafétéria. Arrivée à l’hôpital, le médecin a notifié qu’il s’agit d’une intoxication alimentaire », a-t-il déclaré. Selon Edmond Lokossou, le médecin lui a conseillé de ne plus consommer des aliments dont la qualité hygiénique est douteuse.
Manassé Cakpo ancien féru de ces lieux de restauration a aussi vécu une situation pareille. « Je ne mange plus n’importe où depuis que j’ai eu des problèmes de santé. Tu vas à certains endroits et à vue d’œil tu remarques déjà que le lieu n’est pas propre. On ignore souvent si ce qu’ils utilisent pour préparer les mets sont déjà périmés ou pas. Par contre, il y a certains gérants de cafeterias qui font bien les mets », a-t-il affirmé.
La gérante d’une cafeteria à Cadjéhoun, qui a requis l’anonymat assure qu’elle offre ses services en tenant compte de la qualité mais aussi de la quantité pour pouvoir satisfaire les clients. « Je ne peux pas mettre en péril la santé de mes clients. Tout d’abord, l’hygiène c’est la première raison qui m’amène des clients. Ils disent souvent que mes plats sont chers, mais quand ils mangent ils sont satisfaits ».
Selon Célia Houngla, mère de famille, les cafétérias de nos jours se multiplient et il faut savoir choisir le lieu approprié pour manger. « Je refuse toujours à mes enfants de manger n’importe où », souligne-t-elle.
Pour elle, il ne s’agit pas « seulement de remplir son ventre, mais s’assurer de la qualité de ce que nous consommons ».

A.A.A

Quelques images

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

21 septembre 2019 par Dg24h


22 suspects interpellés à Parakou


22 octobre 2019 par Dg24h
La Police républicaine a interpellé à Parakou une vingtaine de suspects (...)
Lire la suite

Le dossier du « régisseur disparu » renvoyé en instruction pour (...)


22 octobre 2019 par Dg24h
Après les auditions de plusieurs cadres et proches du sieur Carlos (...)
Lire la suite

Naruhito intronisé Empereur ce mardi


22 octobre 2019 par Dg24h
Le nouvel Empereur du Japon Naruhito a été officiellement intronisé ce (...)
Lire la suite

Les militaires célèbrent la fête à Dassa


21 octobre 2019 par Dg24h
Les militaires sont en fête. Du 21 au 24 octobre 2019, le camp (...)
Lire la suite

Des centaines de sinistrés et d’importants dégâts


21 octobre 2019 par Dg24h
D’énormes dégâts sont enregistrés à Dévè, un village de la commune de Dogbo (...)
Lire la suite

La liste des normaliens retenus dans la base de données des (...)


20 octobre 2019 par Dg24h
Le ministère des Enseignements Maternel et primaire vient de rendre (...)
Lire la suite

Le pont de Houédonou infranchissable à Godomey


20 octobre 2019 par Dg24h
Difficile de circuler sur la voie d’accès au pont de Djonou, situé à (...)
Lire la suite

Les explications du porte-parole du Gouvernement


20 octobre 2019 par Dg24h
Sur le plateau de la télévision nationale ce samedi 19 octobre 2019, le (...)
Lire la suite

L’eau chasse les policiers des postes de contrôle à Agoué


20 octobre 2019 par Dg24h
La sortie du fleuve Mono de son lit n’a rien épargné sur son passage. À (...)
Lire la suite

La 1ère session criminelle de l’année s’ouvre lundi


19 octobre 2019 par Dg24h
La première session criminelle du tribunal de première instance de (...)
Lire la suite

Michel Houellebecq aurait plagié son fameux roman, « Soumission (...)


19 octobre 2019 par Dg24h
Un écrivain africain vivant en France a démontré, preuve à l’appui, (...)
Lire la suite

Prof Brice Sinsin décoré par le CAMES


19 octobre 2019 par Dg24h
L’ancien recteur de l’Université d’Abomey-Calavi, professeur Brice (...)
Lire la suite

Athiémé, Grand-Popo, Lokossa inondées


17 octobre 2019 par La Rédaction
Trois communes sont impactées par le débordement des eaux du fleuve Mono (...)
Lire la suite

Un examen préventif qui sauve des vies


17 octobre 2019 par Dg24h
Détecter d’éventuelles pathologies contractées par un patient afin de lui (...)
Lire la suite

140 policiers mobilisés pour la MINUSMA


16 octobre 2019 par Dg24h
En Conseil des ministres ce mercredi 16 octobre 2019, le gouvernement (...)
Lire la suite

Un élève meurt par noyade à Dangbo


16 octobre 2019 par La Rédaction
Un élève en classe de 4ème au Collège d’enseignement général de Késsounou, (...)
Lire la suite

Une série de dispositions pour assurer la sécurité des touristes


16 octobre 2019 par La Rédaction
La saison touristique 2019-2020 du parc national de la Pendjari s’est (...)
Lire la suite

Démarrage de la 4ème Edition de Karp-Kamina


16 octobre 2019 par La Rédaction
‘’Résidence International d’artistes et Chercheurs de Kamina (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information