dimanche, 5 décembre 2021 •

274 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

CRIET

Le procès ICC-Services reprend le 3 janvier 2019




Les dépositions dans le cadre de l’affaire ICC-Services ont repris, ce lundi 31 décembre 2018, à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET), à Porto-Novo.

A l’ouverture du procès, le président de la Cour, Cyriaque Dossa, a convié témoins et sachants à se libérer de tout ce qu’ils savent de l’affaire ICC-Services. Selon lui, plus les parties choisissent de cacher ce qu’ils ont fait, plus le procès s’étale dans le temps. Le président estime qu’il faut éviter « de voir le procès consumé dans les flammes du mensonge ». Il a exhorté les déposants à dire la vérité afin que le procès puisse avancer.

Ébullition dans le rang des avocats
Me Gbaguidi, avocat de la défense notifie que la structure ICC-Services n’est pas fautif. Pour lui, c’est l’implication du gouvernement dans la gestion de l’affaire qui complique la tâche.
Un avis qui n’a pas été du goût de Me Olga Anassidé. Selon elle, il faut attendre la fin du procès pour situer la responsabilité de chacun.
Quant à Me Quenum, avocat de l’Etat béninois il déclare : « Je pense que Me Gbaguidi doit garder cette partie pour la phase des plaidoiries. Je considère cela comme de la provocation ».

Problématique sur le montant exact retrouvé chez Tégbénou

La Cour est revenue sur la déclaration de Emile Tégébénou en ce qui concerne la fameuse somme de 27,5 milliards de FCFA. Pépin Adjovi, l’ancien directeur départemental de la police nationale, appelé à la barre, a soutenu qu’aucun franc n’a été découvert dans les coffre-forts, qui se trouvaient dans la cour. « Ces coffre forts éventrés étaient manifestement vides », a affirmé Pépin Adjovi.
Or le directeur général de la police nationale, Anki-Dosso Maïga, sous lequel il a travaillé et avec qui il prétend être une seule fois à la perquisition au domicile du sieur Tégbénou a mentionné une somme de 3 millions FCFA.
« Je ne suis pas sûr que le DGPN puisse dire qu’il a trouvé 3 millions dans les coffre forts de dehors. Et s’il l’a dit, sa déclaration n’engage que lui », a souligné le DDPN.
S’agissant du statut de celui qui a ouvert le coffre-fort, Pépin Adjovi a déclaré que c’est un soudeur puisque pour lui ce dernier s’était muni des outils tels que marteau et burin.
La Cour apprend que lors de la perquisition, l’huissier présent n’a pas signé le procès-verbal fait par les enquêteurs. Pépin Adjovi dit qu’il n’a pas eu la présence d’esprit de constater la présence d’un huissier sur les lieux. Le directeur départemental de la police, affirme : « Je n’ai jamais vu l’huissier Léonard Migan de ma vie. Je n’entends que son nom. Je n’ai pas signé le PV de perquisition bien que je sois présent sur les lieux de perquisition jusqu’à la fin ».
La Cour demande à savoir si ce n’est pas la variation du montant retrouvé chez Emile Tégbénou qui a conduit l’huissier à s’abstenir de signer. « Pour ma part, ce n’est pas évident que tout cet argent soit à la maison. Ils peuvent l’avoir investi », a-t-il répondu.

L’ex-DDPN recevait des enveloppes de 500 000 FCFA

Les conditions d’attribution de garde de corps de Emile Tégbénou est toujours au cœur des débats. Selon Pépin Adjovi, c’est Tégbénou lui-même qui lui a parlé la première fois de son besoin de garde de corps. « Je lui ai dit si il a des entrées libres à la Présidence ou au ministère de l’intérieur et on me donne des instructions, le problème sera réglé. Je ne pouvais pas présumer qu’il pouvait avoir des relations jusqu’au haut niveau », a-t-il expliqué.
Le promoteur de ICC-Services réfute cette déclaration du DDPN et notifie qu’il ne lui a jamais proposé une telle protection. « La première fois que je suis allé rendre visite au DDPN Adjovi pour lui présenter mes civilités, je lui ai signalé qu’il y a des éléments de la CRS qui assurent la sécurité de mon lieu de travail. J’ai profité pour lui expliquer les activités que nous menions. Je ne lui ai jamais parlé de mon envie d’avoir un garde de corps. Je suis allé le voir sur la demande des CRS qui m’ont demandé d’aller voir le nouveau commissaire central sinon ils seront enlevés », renseigne-t-il.
« Je ne sais même pas l’utilité d’un garde de corps et je ne sais pas non plus comment ça fonctionne. Je ne me sentais pas en confiance avec le garde de corps parce que chaque fois le DDPN l’appelait et il allait le voir », ajoute Emile Tégébénou. Ce dernier dévoile aussi que Pépin Adjovi lui envoyait des messages par le biais du garde-corps.
« Le garde-corps me disait souvent que le patron dit que je l’ai oublié. Et je lui disais non que je ne l’ai pas oublié. Je lui envoyais des enveloppes de 500 000 francs », a confié Emile Tégbénou, soit une somme de 4 millions de FCFA.
Le directeur départemental de la police nationale, dément cette déclaration et assure qu’il n’a jamais reçu des enveloppes. « Pour les enveloppes dont il parle, Monsieur Tégbénou avait la possibilité de m’appeler pour vérifier. Et si on m’a remis l’argent, la moindre des choses, c’est de l’appeler pour lui dire merci. Le garde-corps lui disait mon patron a dit mais est ce qu’il a pris la peine de vérifier ça ? », a répondu Pépin Adjovi.

Contradiction Dieudonné Lissagbè et Pépin Adjovi

Selon Dieudonné Lissagbè, 05 perquisitions ont été menées au total, et le DDPN en a assisté à deux. Quant à Pépin Adjovi, il a déclaré avoir pris part à celle où les deux coffre-forts ont été éventrés.
Après quelques minutes de suspension, le procès a repris avec toujours à la barre le directeur départemental de la police. Les questions qui lui sont adressées concernent cette fois-ci les informations qu’il recevait du garde-corps de Emile Tégbénou.
Pépin Adjovi confie que le garde du corps lui parlait des personnes et des lieux qu’ils vont visiter, comme la présidence, et le ministère de l’intérieur. Il soutient également que le garde du corps le renseignait sur les intérêts de la structure ICC-Services et que Tégbénou amenait beaucoup d’argent à la maison.

S’agissant des 4 millions qu’il a versés au Trésor, PépinAdjovi a affirmé que « c’était un remboursement ». Il explique : « Lorsque j’ai été convoqué par la Commission d’enquête, on m’a présenté les faits. J’ai demandé à avoir une confrontation avec lui. On m’a dit non. Donc, au bénéfice du doute, je me suis dit : je vais payer pour avoir ma liberté. Alors j’ai payé deux millions au Trésor et je leur ai envoyé le reçu. Quelque temps après, ils m’ont rappelé pour me dire que Tégbénou avait parlé de 4 millions et que je devais tout payer. Etant pratiquement en position de faiblesse, je n’avais pas le choix ».
Guy Akpolgan est appelé a donné des clarifications sur un fait qui a eu lieu chez lui. Selon le président de la Cour, des bruits parvenaient du domicile du promoteur ICC-Services une nuit vers 3 heures du matin. Les voisins ont rapporté que plusieurs cantines d’argent sont sorties de son domicile.
Interrogé sur le fait, Guy Akplogan a indiqué qu’il avait envoyé un matelassier pour effectuer des travaux à son domicile. Reconnaissant que l’heure n’est pas normale, il rassure qu’aucun sous n’est sorti de son domicile ce jour-là.
Dieudonné Lissagbè est appelé à rendre compte de ce qui a été retrouvé chez le sieur Emile Tégbénou. Il notifie que deux pistolets et une arme à pompe ont été retrouvés chez le promoteur. A la question de savoir qui a envoyé l’équipe pour les perquisitions, Dieudonné Lissagbè certifie que c’est la Brigade économique et financière. Toutefois, il a admis que ces actes de perquisitions posées par la BEF après ouverture d’une information par le parquet sont illégaux.
La session criminelle de la CRIET a été prorogée jusqu’au 18 janvier et va reprendre le jeudi 03 janvier 2019.

Akpédjé AYOSSO

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

31 décembre 2018 par Judicaël ZOHOUN




14 suspects arrêtés, 26 ordinateurs portatifs saisis


3 décembre 2021 par Marc Mensah
Les agents de police ont interpellé, mercredi dernier, quatorze (14) (...)
Lire la suite

Trois sœurs en prison pour faux médicaments


2 décembre 2021 par Marc Mensah
Trois femmes d’une même famille ont comparu, mercredi 1er décembre 2021, (...)
Lire la suite

Une autre affaire attend Salif Ouedraogo au Tribunal de Commerce


2 décembre 2021 par Judicaël ZOHOUN
Salif Kossouka Ouedraogo n’est pas au bout de ses peines. Après sa mise (...)
Lire la suite

Plaidoyer pour l’accès sécurisé des femmes aux opportunités (...)


30 novembre 2021 par Ignace B. Fanou
« Le renforcement du rôle économique de la femme à travers son accès (...)
Lire la suite

Salif Ouedraogo placé sous mandat de dépôt


30 novembre 2021 par Judicaël ZOHOUN
Le Burkinabé Salif Ouedraogo n’est plus libre de ses mouvements. (...)
Lire la suite

Angela Kpeidja doublement honorée


29 novembre 2021 par La Rédaction
Engagée dans la lutte contre les violences faites aux femmes, Angela (...)
Lire la suite

Le budget du Ministère des affaires sociales passe à 13 milliards (...)


26 novembre 2021 par Marc Mensah
Le projet de budget 2022 du Ministère des Affaires Sociales et de la (...)
Lire la suite

« Entre hier et aujourd’hui, la situation de la femme n’a pas pour autant (...)


25 novembre 2021 par La Rédaction
Ce jeudi 25 novembre 2021, jour consacré à la célébration de la journée (...)
Lire la suite

Un enfant meurt noyé dans une jarre


25 novembre 2021 par Marc Mensah
Un petit garçon de dix-huit (18) mois a trouvé la mort, mercredi 24 (...)
Lire la suite

L’incroyable univers des monnaies numériques


25 novembre 2021 par Judicaël ZOHOUN
Les crypto monnaies font les choux gras depuis des années. Pas une (...)
Lire la suite

Le décodeur CANAL+ vendu à 1000F dès ce jeudi


24 novembre 2021 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Afin de permettre à la population de profiter du meilleur de la (...)
Lire la suite

09 cybercriminels présumés arrêtés à Cotonou


24 novembre 2021 par Marc Mensah
Neuf (09) individus ont été interpellés, mercredi 18 novembre 2021, au (...)
Lire la suite

4 cadres et agents de la mairie d’Abomey convoqués au tribunal


23 novembre 2021 par Marc Mensah
Une convocation du procureur de la République près le tribunal de (...)
Lire la suite

Des états généraux sur la qualité des soins dans les hôpitaux (...)


23 novembre 2021 par Marc Mensah
L’amélioration de la qualité des soins offerts aux militaires, à leurs (...)
Lire la suite

Le dossier des 06 agents de sécurité renvoyé en décembre


23 novembre 2021 par Marc Mensah
La Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme (...)
Lire la suite

Un Chinois retrouvé mort à Allada


22 novembre 2021 par Marc Mensah
Le corps sans vie d’un ressortissant chinois a été retrouvé, vendredi 19 (...)
Lire la suite

Les auteurs de la bastonnade d’une veuve de 60 ans à Bopa en (...)


22 novembre 2021 par Marc Mensah
Les personnes impliquées dans la bastonnade d’une veuve de 60 ans et de (...)
Lire la suite

Les députés invités à voter la loi portant hygiène publique


22 novembre 2021 par Ignace B. Fanou
Le Cadre de concertation des acteurs non étatiques de l’eau et de (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires