mercredi, 12 août 2020 •

4392 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Assemblée Nationale

Les députés dotent l’Opposition d’un statut




La loi n°2019-45 portant statut de l’Opposition au Bénin a été adopté jeudi 21 novembre 2019 par l’Assemblée nationale.
Composée de 22 articles répartis en quatre titres, cette loi facilitera dans sa mise en oeuvre, la lisibilité des partis politiques permettant ainsi de distinguer tel parti politique est de la mouvance présidentielle et tel autre est de l’Opposition.
Cette loi abroge ainsi la loi n°2001-36 du 14 octobre 2002 portant statut de l’Opposition. Une loi votée sur papier qui n’a jamais reçu l’adhésion des politiques pour sa mise en oeuvre effective.
La nouvelle loi dispose que l’Opposition est constituée de l’ensemble des partis politiques représentés ou non à l’Assemblée nationale qui soutiennent pour l’essentiel des positions différentes de celles du gouvernement et envisagent de construire une alternative politique dans le cadre démocratique.
Selon la loi, c’est par une déclaration officielle que se fait l’appartenance à l’opposition. Elle précise que ladite déclaration doit être enregistrée au ministère chargé de l’Intérieur. Comme moyens d’actions, il y a la critique du programme, des décisions et actions du gouvernement, la proposition d’une alternative aux solutions préconisées par l’Exécutif pour la satisfaction des besoins du peuple, le développement de l’Etat, l’élaboration d’un projet de société en vue d’œuvrer pour une alternative au pouvoir par les voies légales.
Être un des chefs de l’opposition, selon la loi, c’est avoir un parti politique de l’Opposition dont le nombre de députés au Parlement constitue de façon autonome un groupe parlementaire. Tout chef d’un groupe de partis de l’Opposition constitué en groupes parlementaires peut prétendre être chef de l’opposition ou même tout chef de parti politique de l’Opposition représenté ou non à l’Assemblée nationale mais ayant totalisé au moins 10 % des suffrages exprimés à l’issue des dernières élections législatives ou communales est également considéré comme l’un des chefs de l’Opposition.
L’article 8 du texte précise que le chef de file de l’Opposition est le chef de parti de l’Opposition ayant obtenu le plus grand nombre de députés à l’Assemblée nationale à l’occasion des dernières élections législatives. En cas d’égalité du nombre de députés, le chef de file de l’Opposition est désigné par le parti politique déclaré dans l’Opposition ayant le plus grand nombre d’élus communaux lors des dernières élections communales.
La loi prévoit aussi qu’en cas d’égalité du nombre d’élus communaux pour ce qui concerne l’Opposition parlementaire, le chef de file de l’Opposition est le chef du parti de l’Opposition ayant réuni le plus grand nombre de suffrages aux dernières élections législatives.
En cas d’absence et de représentation d’Opposition politique parlementaire, le chef de file de l’Opposition est le chef du parti de l’Opposition ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages exprimés lors des dernières élections communales.
Le chef de file de l’opposition est nommé par décret pris en Conseil des ministres sur proposition du Conseil électoral.
La loi prévoit que les partis politiques de l’Opposition bénéficient d’un accès équitable aux moyens officiels d’information et de communication. Ils jouissent de toutes les libertés publiques garanties par la Constitution. L’article 11 dispose que l’Opposition est consultée par le président de la République sur les questions importantes engageant la vie de la Nation notamment les menaces à la paix, les menaces d’atteintes à l’intégrité extérieure de l’Etat et l’engagement des forces de défense à l’étranger. L’Opposition peut en outre être consultée par le président de la République sur toute autre question d’intérêt national et international.
Le chef de file de l’Opposition peut être sollicité par le chef de l’Etat pour des missions entrant dans le cadre de la défense des intérêts supérieurs de la Nation.
Toute entrave ou toute tentative d’entrave à l’exercice des droits et des activités politiques de l’Opposition par une autorité administrative est interdite et punie d’une peine de un à deux ans d’emprisonnement et d’une amende de cinq cent mille (500 000) à cinq millions (5 000 000) de francs CFA ou de l’une des deux peines. Mieux, tout acte de discrimination ou d’exclusion à l’égard d’un citoyen dans ses activités culturelles, sociales, économiques, professionnelles et administratives en raison de son appartenance à un parti de l’Opposition constitue un délit puni d’une peine d’emprisonnement de un (01) mois à deux (02) ans et d’une amende de cinq cent mille (500 000) à cinq millions (5 000 000) de francs CFA ou de l’une de ces deux peines seulement.
Aussi prévoit-elle que les partis politiques de l’Opposition puissent bénéficier des avantages protocolaires et matériels fixés par décret pris en Conseil des ministres.
En cas de non-respect des droits de l’Opposition prévus par la loi, le texte autorise le parti politique concerné à saisir la juridiction compétente qui examine la requête en procédure d’urgence.
Selon la loi qui prend en compte les insuffisances de l’ancien statut, tout parti politique est libre de quitter l’Opposition. Seulement dans ce cas, la loi fait obligation à ce dernier de faire une déclaration officielle de changement de position. Cette déclaration est enregistrée au ministère en charge de l’Intérieur. Ce changement de statut entraîne pour le parti politique la perte de tous les droits acquis, prévoit la loi.
Dans une même lancée, les députés ont tous salué l’avènement de ladite loi sur le statut de l’Opposition. Celle-ci selon eux, est une nette avancée en matière de démocratie au Bénin.
La pertinence du texte a été aussi soulignée par le gouvernement notamment le ministre chargé de la Justice.
Séverin Quenum et le ministre chargé de la Communication et de la Poste, Alain Orounla étaient présents au parlement. Ils ont salué les députés qui ont oeuvré pour y arriver.
G.A.

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

22 novembre 2019 par La Rédaction




Des jeunes soutiennent Talon pour un mandat bis


10 août 2020 par Ignace B. Fanou
Réunis au sein de la Ligue des Jeunes pour l’Émergence de la Commune de (...)
Lire la suite

Le Ministre Aurélien Houessou n’est plus


6 août 2020 par Ignace B. Fanou
L’ancien ministre de l’énergie, des mines et de l’hydraulique et ancien (...)
Lire la suite

Intégralité de la lettre de démission de Yayi Boni


30 juillet 2020 par Akpédjé Ayosso
L’ancien président d’honneur Boni Yayi a officiellement démissionné du (...)
Lire la suite

Des personnalités adressent un Manifeste aux autorités du (...)


26 juillet 2020 par Ignace B. Fanou
Des personnalités résidant au pays et de la diaspora viennent de créer (...)
Lire la suite

L’opposition veut créer le parti « Les démocrates »


16 juillet 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
La sphère politique béninoise sera enrichie dans les prochains jours par (...)
Lire la suite

Christophe Agbodji et la DT21 suscitent la candidature de Patrice (...)


12 juillet 2020 par La Rédaction
Le jeune conseiller communal de Houéyogbé, Christophe Agbodji et les (...)
Lire la suite

Ce qu’il faut retenir de l’Atelier du parti Bloc Républicain


22 juin 2020 par Hubert Marcel Houéto
COMMUNIQUE FINAL DE L’ATELIER DE BOHICON Le Bloc Républicain a (...)
Lire la suite

Les maires BR outillés pour la bonne gouvernance


21 juin 2020 par Hubert Marcel Houéto
Les responsables du parti Bloc Républicain ont initié ce dimanche 21 (...)
Lire la suite

Un atelier pour outiller les maires du parti Bloc Républicain


21 juin 2020 par La Rédaction
Le Parti Bloc Républicain est en atelier aux Résidence Miracle Hôtel à (...)
Lire la suite

Armand Gansè quitte son poste pour la Sogema


11 juin 2020 par Ignace B. Fanou
Armand Gansè n’est plus le premier adjoint au maire de Bohicon. Le (...)
Lire la suite

Pas d’amélioration de la place des femmes dans les mairies


10 juin 2020 par Akpédjé Ayosso
70 femmes sur 1.815 candidats sont élues conseillères au terme des (...)
Lire la suite

Bibiane Adamaze Soglo installée dans ses fonctions


10 juin 2020 par Akpédjé Ayosso
Le maire sortant de la commune de Toffo Urbaine Dégbèhoundé a passé le (...)
Lire la suite

Les passations de service prennent fin ce mardi


9 juin 2020 par Akpédjé Ayosso
A travers une correspondance en date du 8 juin, le ministre de la (...)
Lire la suite

Denis Oba Chabi prend les rênes de Savè


9 juin 2020 par Akpédjé Ayosso
C’est l’élu du parti Force cauris pour un Bénin émergent (FCBE) qui va (...)
Lire la suite

Nicaise Fagnon reconduit maire de Dassa-Zoumè


9 juin 2020 par Akpédjé Ayosso
Un nouveau mandat pour Nicaise Fagnon, élu conseiller sur la liste (...)
Lire la suite

Ibidon Firmin Akpo reconduit maire de Ouèssè


8 juin 2020 par Akpédjé Ayosso
L’installation du conseil communal de Ouèssè a eu lieu ce lundi 08 juin (...)
Lire la suite

Séraphin Nambima prend les rênes de Cobly


8 juin 2020 par Akpédjé Ayosso
Le nouveau maire de la commune Cobly Séraphin Nambima a été installé ce (...)
Lire la suite

Jonas Houessou à la tête de Ouinhi


8 juin 2020 par Akpédjé Ayosso
La commun de Ouinhi, située dans le département du Zou, a son nouveau (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires