samedi, 20 août 2022 •

1431 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Économie verte

13 milliards de FCFA pour une plateforme mondiale de la finance carbone au Bénin




Si le sujet complexe du marché carbone a été au cœur des échanges de la COP26, il est sous-tendu par divers leviers, dont celui du développement de la technologie CCS (carbon capture and storage), qui offre des perspectives prometteuses en matière de réduction d’émissions de gaz à effet de serre. Sur ce terrain, l’Afrique a une carte à jouer, à travers des solutions basées sur la nature.

Fanny REY

C’est une disposition sur laquelle les Etats ont eu bien du mal à s’accorder, mais la mise en œuvre d’un dispositif international d’échange d’unités de réduction des émissions de CO2 a finalement été actée lors de la COP26 de Glasgow. Une avancée cruciale dans la lutte contre le réchauffement climatique, puisque la reconnaissance d’un marché international des « crédits carbone » devraient permettre aux pays de mutualiser les coûts de décarbonation de l’économie.

Le concept de captage-stockage de CO2, qui consiste à capter le CO2 au plus près de sa source de production (ou dans l’atmosphère) et à le stocker dans le sous-sol, s’est également invité dans les débats, cette technologie étant susceptible de décarboner massivement les activités de l’industrie lourde et de contribuer à l’atteinte des objectifs du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), qui le mentionne dans trois de ses quatre scénarios de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) à l’échelle mondiale. Son potentiel dans le mix énergétique est également souligné par l’Agence internationale de l’énergie, qui estime qu’il faudra pour atteindre l’objectif d’un réchauffement limité à 2° une contribution du CCS de l’ordre de 14% en 2050. Or seule une trentaine d’installations sont pour l’heure opérationnelles dans le monde, notamment aux Etats-Unis, et l’essentiel des projets se situe en Europe.

Réduire les coûts de captage

Si cette technologie n’est pas nouvelle, les objectifs de réduction des GES nécessitent de passer à l’échelle, ce qui pose la question d’un modèle économique viable, implique de réduire les coûts et d’identifier les écosystèmes les plus aptes à capter et stocker massivement et durablement le CO2. Deux objectifs qui animent la Fondation Earth Love United, fondée en 2020 par l’investisseur béninois Jean Missinhoun. Cette plateforme mondiale pour l’action climatique s’est positionnée sur le double créneau de l’optimisation des puits naturels de carbone et du développement de solutions innovantes de CCS. « Les Africains ont toutes les solutions à portée de main. Ils peuvent apporter leur contribution à la lutte contre le changement climatique », souligne-t-il, convaincu que « 99 % des problèmes peuvent être résolus grâce à la nature ».

Les chercheurs de la Fondation travaillent notamment sur le développement d’un bioréacteur fonctionnant à partir de grands volumes d’algues ou de posidonies – une ferme de bioréacteurs permettant d’absorber 100 000 tonnes de CO2 par an, susceptibles d’être valorisées en biocarburants ou en produits cosmétiques dans un deuxième temps. De quoi offrir une alternative économique aux CCS « classiques », qui utilisent des briques technologiques maîtrisées. « Cette technologie sera appelée à jouer un rôle de plus en plus important dans les scénarios de décarbonation dans lesquels sont engagés les principaux pollueurs », pronostique ainsi Jean Missinhoun.

La mangrove, un puits de carbone exceptionnel

Dans cette dynamique, la Fondation développe dans le sud du Bénin un projet pilote de préservation de la forêt de mangrove sur un site de 652 760 ha. De fait, les mangroves ont une capacité de réserve de carbone parmi les plus élevées au monde (plus de 2 tonnes de CO2 par ha et par an), pouvant en stocker jusqu’à cinq fois plus par unité de surface que les forêts tropicales, grâce à une fonctionnalité spécifique de leur système racinaire leur permettant d’agir comme un puits de carbone pendant un siècle.

Si leur système de séquestration du carbone a prouvé son efficacité, un tiers de la couverture mondiale de mangrove a été détruite ces cinquante dernières années en raison de la surexploitation forestière, de l’érosion des sols et de l’érosion côtière. D’où l’importance de restaurer ces espaces afin d’améliorer leur potentiel de séquestration et d’éviter que le carbone stocké ne retourne dans l’atmosphère. Face à ces constats, l’équipe de recherche « mangrove » de la Fondation concentre ses travaux sur la compréhension des différents modèles de croissance en fonction des espèces et de leur compatibilité, sur la recherche génétique afin d’obtenir d’optimiser la capture et le stockage de carbone et sur la culture d’une espèce créée par altération génétique à cette fin. Objectif : atteindre 250 000 tonnes de séquestration de carbone annuel. Cette approche intègre la culture d’herbiers marins et d’algues pour optimiser les écosystèmes de mangrove.

Une opportunité économique mondiale

Alors que les mangroves couvrent plus de 3,2 millions d’hectares à l’échelle du continent – soit près de 20% de leur surface mondiale –, le potentiel de cette approche est énorme, avec à la clé des réductions d’émissions conséquentes. L’ensemble de ce projet, qui représente un investissement de 200M USD, ouvre des perspectives énormes, en offrant une alternative aux technologies artificielles de CCS, coûteuses et énergivores. A l’échelle mondiale, d’ici 2040, les forêts de mangrove pourraient séquestrer jusqu’à 380 millions de tonnes de CO2, et en tant que telle, leur restauration pourrait rapporter 11,8 Md de dollars d’ici 2040 via la vente de crédits carbone bleu (carbone collecté par les écosystèmes océaniques et côtiers). Le prix de ces crédits, qui inclut notamment la protection contre les tempêtes à la durabilité de la pêche, dépasse la simple valeur du carbone. Autant d’atouts susceptibles de retenir l’attention de fonds climatiques, à l’image du Fonds dédié à la finance verte créé par la Banque africaine de développement dans le sillage de la COP26 afin de drainer des financements privés dans des projets verts à travers le continent.

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

2 avril 2022 par Judicaël ZOHOUN




Les pays africains avec le plus de détenteurs de cryptomonnaies


16 août 2022 par Judicaël ZOHOUN
Bien que l’utilisation de cryptomonnaies présente des risques importants (...)
Lire la suite

Nestor Idohou annule les tarifs des manifestations, inhumations et (...)


16 août 2022 par Akpédjé Ayosso
Le maire de la commune de Sakété, Nestor Idohou a annulé son communiqué (...)
Lire la suite

Qu’est-ce qu’une cryptomonnaie et comment fonctionne-t-elle (...)


16 août 2022 par Judicaël ZOHOUN
La cryptomonnaie encore appelée cryptoest une forme de monnaie qui se (...)
Lire la suite

Les usagers se plaignent de ’’Express Union’’


14 août 2022 par Akpédjé Ayosso
L’Institution financière Express Union, spécialisée dans l’envoi rapide (...)
Lire la suite

Comment choisir la meilleure application au Bénin pour les paris (...)


12 août 2022 par Judicaël ZOHOUN
Il existe de nombreux sites de paris sportifs en ligne disponible au (...)
Lire la suite

BIIC renforce sa coopération avec FAGACE


11 août 2022 par Akpédjé Ayosso
Les cadres de la Banque internationale pour l’industrie et le commerce (...)
Lire la suite

Voici l’évolution de la dette publique du Bénin


5 août 2022 par Akpédjé Ayosso
La Caisse Autonome d’Amortissement, structure en charge de la gestion (...)
Lire la suite

Le Bénin lève 27 milliards 500 millions FCFA


4 août 2022 par Marc Mensah
Le Bénin a levé, ce jeudi 04 août 2022, 27 milliards 500 millions FCFA (...)
Lire la suite

La CCI BÉNIN et le CNP BENIN signent une charte de coopération


3 août 2022 par Judicaël ZOHOUN
La Chambre de Commerce et d’Industrie du Bénin (CCI Bénin) et le Conseil (...)
Lire la suite

PME/PMI s’informent des avantages à adhérer à un Centre de Gestion (...)


27 juillet 2022 par Marc Mensah
La Chambre de Commerce et d’Industrie du Bénin (CCI Bénin) a organisé, (...)
Lire la suite

Conférence publique sur la Finance Islamique et le WAQF.


26 juillet 2022 par Judicaël ZOHOUN
En prélude au Conseil de Conformité Interne (CCI), la Direction Générale (...)
Lire la suite

Webb Fontaine met en oeuvre un nouveau système de gestion douanière au (...)


26 juillet 2022 par Judicaël ZOHOUN
Le projet renforce le partenariat de longue date entre Webb Fontaine (...)
Lire la suite

Le crédit accordé aux femmes passe à 100.000 FCFA


15 juillet 2022 par Marc Mensah
Le Gouvernement a lancé, jeudi 14 juillet 2022, la 2e phase du (...)
Lire la suite

Voici comment les 500 millions d’Eurond ODD du Bénin sont (...)


14 juillet 2022 par Judicaël ZOHOUN
Le 15 juillet 2021, le Bénin émettait sa première obligation ODD d’un (...)
Lire la suite

Le Bénin crédité d’une bonne gouvernance des 500 millions d’EuroBond (...)


14 juillet 2022 par Judicaël ZOHOUN
Un audit indépendant confirme la correcte allocation aux (...)
Lire la suite

Le Bénin reconnu pour son fort engagement en faveur des ODD


13 juillet 2022 par Judicaël ZOHOUN
Le Bénin est le premier pays africain à bénéficier d’une analyse détaillée (...)
Lire la suite

Un dispositif qui protège les épargnants sur le marché financier de (...)


12 juillet 2022 par La Rédaction
Le Conseil Régional de l’Epargne Publique et des Marchés Financiers (...)
Lire la suite

Les éléments essentiels à rechercher pour investir dans le (...)


11 juillet 2022 par Judicaël ZOHOUN
Vous envisagez d’investir dans le Bitcoin ? Si oui, voici les éléments (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires