samedi, 4 juillet 2020 •

372 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Anniversaire de l’an 01 du président de l’Assemblée nationale

Louis Vlavonou passe au peigne fin la 8ème législature




Le président de l’Assemblée nationale était sur le plateau de la Télévision nationale dans la soirée de ce lundi 29 juin 2020 pour une émission spéciale consacrée à sa première année de présidence du parlement béninois. Durant les échanges avec les journalistes, Louis Vlavonou a donné son avis sur les lois votées, la configuration actuelle de la classe politique, et les élections législatives de 2019.

« Je suis absolument fier et très fier même de présider cette huitième législature », a déclaré Louis Vlavonou. Pour lui, le fait que deux partis politiques se retrouvent aux dernières élections législatives est une situation qui n’était pas prévue. A en croire le président de l’Assemblée, au moment où les parlementaires mettaient en chantier ces différentes lois, si tous les acteurs de la septième législature avaient prévu qu’il y aurait eu deux partis, on n’aurait pas voté ces lois, a-t-il expliqué. Ce qui selon lui, voudra dire que « ce n’était pas prémédité, ce n’était pas des lois qui allaient contre les intérêts de quelqu’un ». « Et tout le monde était d’accord qu’il fallait réformer la classe politique et le système partisan », a-t-il ajouté.
Louis Vlavonou a souligné que ce n’était pas « une préméditation soit de l’exécutif ou soit des députés eux-mêmes qui pensaient qu’il y aurait deux partis politiques aux élections législatives ». Maintenant que nous sommes face à cette situation, qu’est ce qu’il fallait faire ?, s’est-il interrogé indiquant que le pays avait le choix entre deux cas. « Tomber dans un plan qu’on pourrait dire « Scénario Wahala », ou alors un plan où on va dire c’est « Alafia », a-t-il confié. A l’en croire, « le ‘’Wahala’’ conduisait nécessairement à un vide juridique et institutionnel. Pas d’Assemblée puisqu’on nous disait, il faut revenir à l’ancien, il faut dissoudre etc. », ce qu’il fallait à tout prix éviter.
« Tout ceux qui crient que ce sont des élections exclusives avaient voté ces différentes lois », a rappelé Louis Vlavonou ajoutant que c’est un seul député qui s’était abstenu à l’époque. Pour lui, « tout le monde était d’accord que c’était une nécessité ». « Sans parlement, que deviendrait notre pays ? », s’est interrogé le président de l’Assemblée nationale précisant qu’il fallait quand même un parlement « même si ce n’est pas le parlement qu’aurait souhaité avoir tout le monde ».
M. Vlavonou dit préférer que les institutions de l’Etat fonctionnent. « Sans fonctionnement des institutions de l’État, c’est la porte ouverte à toutes les dérives », a-t-il indiqué.
Les violences survenues lors de ces élections selon lui, sont « des violences suscitées et organisées ». « C’est différent d’une violence qui est l’objet d’une révolte, d’une révolution. Il faut bien faire la nuance. Il ne s’agissait pas d’une révolution », a précisé le président du parlement béninois.

Reconnaissance de la communauté internationale

Face à la crise née de ces élections, le premier défi relevé par le parlement qu’il préside était de faire en sorte que ce parlement soit reconnu par les grandes chancelleries internationales, et qu’il soit accepté des instances internationales. « C’est grâce à nos actions que nous avons reçu presque toutes les chancelleries ici dans cette même salle. Nous avons reçu disons toutes les confessions religieuses pour nous encourager. Nous avons reçu les sages et notables, les chefferies traditionnelles. Ils sont tous venus nous encourager », s’est réjoui Louis Vlavonou. « Ce n’est pas la huitième législature qui a voté le code électoral qui nous a conduit aux élections législatives décriées. Mais plutôt la législature à laquelle ont siégé ceux qui parlent d’exclusion aujourd’hui. C’est vrai qu’ils n’étaient pas majoritaires mais ils pouvaient s’abstenir de voter », a-t-il clarifié.
Selon le président de l’Assemblée nationale, le Nonce apostolique, les ambassadeurs du Japon, et de la Chine près le Bénin ne l’aurait pas invité, si cette législature posait problème. Pour lui, il s’agit d’une « reconnaissance du Scénario Alafia », car nul n’aurait voulu que le pays tombe dans la violence.
Selon le président Louis Vlavonou, lorsque le peuple gagne à travers les lois votées, on n’a plus rien à reprocher, sauf ceux qui ont des intérêts égoïstes à défendre.
Aujourd’hui, poursuit-il, le peuple est content, les parents d’élèves sont contents de voir les enfants aller à l’école, de voir les examens se dérouler à bonne date. Des faits qui dénotent de la teneur des lois votées par le parlement qu’il préside, et témoignent de ce qu’ils sont « sur la bonne voie ».
Selon Louis Vlavonou, il y a des paramètres qui ne trompent pas. « Si l’Assemblée fonctionne, la qualité des lois que l’Assemblée vote. Deuxième chose, l’application sur le terrain », a-t-il expliqué s’interrogeant sur la participation de ces lois au développement du pays. « Si vous avez ces paramètres, vous êtes sûr que vous êtes sur la bonne voie », a indiqué Louis Vlavonou.
Pour lui, lorsqu’on prend les lois qui sont votées, on peut voir que ce sont des lois qui portent le pays vers le développement et la stabilité politique ; vers le développement des infrastructures sociocommunautaires et apaisent le pays.
Dan le cadre de cet anniversaire, Louis Vlavonou a organisé une messe d’action de grâce à Porto-Novo ce dimanche 28 juin 2020.

F. A. A.

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

30 juin 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou




Deux nightclubs fermés à Cotonou


3 juillet 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Le gouvernement dans la perspective d’un retour à la vie normale a (...)
Lire la suite

Le Bénin dans le rang des pays à revenu intermédiaire


3 juillet 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
La Banque Mondiale a procédé à l’actualisation de la classification des (...)
Lire la suite

Un bébé abandonné à Saint Jean


3 juillet 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Le phénomène d’abandon d’enfants devient de plus en plus récurrent dans (...)
Lire la suite

Le Bénin confie la gestion du Parc W à African Parks


3 juillet 2020 par Judicaël ZOHOUN
Le Gouvernement béninois s’engage dans la protection à long terme du Parc (...)
Lire la suite

Les cabinets politiques des mairies de Cotonou et d’Abomey-Calavi (...)


3 juillet 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Le nouveau maire de la commune de Cotonou, Luc Atrokpo à travers un (...)
Lire la suite

Les risques encourus par ceux qui violent les frontières


3 juillet 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Toute personne qui quitte le Togo pour se rendre dans un pays (...)
Lire la suite

Un mort dans un accident en face du campus


3 juillet 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Un camion transportant du bois et un véhicule sont entrés en collision (...)
Lire la suite

Le Bénin aura un dispatching center


3 juillet 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Un dispatching center, c’est l’un des ouvrages électriques de dernière (...)
Lire la suite

La SGDS-GN procède à l’enlèvement des ordures à Cotonou


3 juillet 2020 par Akpédjé Ayosso
Mise en œuvre du projet de modernisation de la gestion des déchets (...)
Lire la suite

Des blessés graves dans un conflit foncier à Nikki


2 juillet 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Une bande de terre située dans l’arrondissement central de Nikki est (...)
Lire la suite

Kakpo Mahougnon rassure de la bonne tenue du Bepc


2 juillet 2020 par Akpédjé Ayosso
Tout est fin prêt pour la bonne tenue de l’examen du Brevet d’études du (...)
Lire la suite

La CRIET condamne un comptable à 20 ans de prison


2 juillet 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Le sieur Kassimou Yacoubou Alley, précédemment chef service des affaires (...)
Lire la suite

Voici les décrets pris en Conseil des ministres ce mercredi


2 juillet 2020 par Ignace B. Fanou
En Conseil des ministres ce mercredi 1er juillet 2020, le gouvernement (...)
Lire la suite

Alain Orounla confirme l’arrestation d’une dizaine de militaires


2 juillet 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Au détour du Conseil des ministres ce mercredi 1er juillet 2020, le (...)
Lire la suite

Les prix des intrants et d’achat de coton graine rendu public


1er juillet 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Les prix appliqués sur les intrants de coton au cours de la campagne (...)
Lire la suite

Les prix de cession des intrants et d’achat de coton-graine (...)


1er juillet 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou, Ignace B. Fanou
Les prix appliqués sur les intrants de coton au cours de la campagne (...)
Lire la suite

Le gouvernement salue l’engagement des professionnels des (...)


1er juillet 2020 par Akpédjé Ayosso
Le gouvernement du président Patrice Talon a salué l’engagement des (...)
Lire la suite

5.000 lecteurs de cartes électroniques pour le projet ARCH


1er juillet 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Dans le cadre de la généralisation du projet Assurance pour le (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires