lundi, 13 juillet 2020 •

451 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Sociéte

Mythe autour du culte des jumeaux en milieu Baatonu




Porte-bonheur ou porte-malheur, les jumeaux font l’objet de tout un culte au Bénin. En milieu Baatonu, la croyance populaire leur attribue des forces surnaturelles. Loin de considérer leur naissance comme une malédiction, ils les célèbrent et les adorent telles des divinités.

Par Nazaire Tahoué

Les Baatonu sont attachés à leurs traditions. Même l’évangélisation et l’islamisation à outrance n’ont vraiment pas entamé leur foi dans les croyances et pratiques endogènes. En témoigne par exemple, le culte qu’ils vouent aux jumeaux. Ils sont, selon eux, des « grands ». Quand bien-même ils sont des êtres vivants en chair et en os, ils les assimilent à des dieux ou à des divinités.
Appelés Sika en Baatonu, les jumeaux portent souvent le nom de baptême Séni, s’ils sont des garçons et Assana, pour les filles. Sachant que le temps qui sépare leur naissance n’est parfois que de quelques minutes, chez les Baatonu, c’est celui arrivé en dernier qui est considéré comme l’aîné. Ce raisonnement, explique Jacques Séko Nari Bagoudou, tient tout simplement à la coutume qui voudrait que ce soit le grand frère qui confie une mission à son petit frère. Il l’envoie en éclaireur s’enquérir de la situation et sonder le terrain. Dans l’ère Baatonu, les petits sont souvent devant et leurs aînés ferment la marche. Qu’il s’agisse des triplés, quadruplés ou quintuplés, c’est la même chose.

Abdoulaye Idrissou, en dehors de sa mère jumelle, a également eu deux jumeaux
« Que sur un simple geste, une femme accouche de plusieurs enfants, cela parait surnaturel. Ça ne peut qu’être qu’un signe du ciel », justifie le septuagénaire Issiaka Zakari rencontré dans sa ferme à Komiguéa. Abondant dans le même sens, l’instituteur à la retraite et ancien animateur en langue nationale Baatonu à l’ORTB, Jacques Séko Nari Bagoudou confie qu’ils sont respectés et vénérés à tel point que, dès qu’il y a un problème au sein de la famille, il faut aller les voir et leur parler. « Lorsqu’il y a un malheur qui menace la famille, ce sont souvent eux qui le signalent. Soit, ils sont indisposés ou ont un comportement anormal, soit, ils ne sont pas de bonne humeur. Il suffit de consulter et on vous l’apprendra », soutient-il. Selon lui, ils amènent le bien-être, la cohésion et la paix dans les familles au sein desquelles ils ont vu le jour. « Mais ils punissent aussi ceux qui les offensent », avertit le vieux retraité.
Interdits, obligations et devoirs

Les parents de jumeaux sont contraints d’observer certains interdits que ces derniers leur imposent. Pour leur préparer le repas, il y a certains bois comme celui du faux corossolier appelé « Batoko » ou « Yalti » en Baatonu, qu’ils ne peuvent aller chercher en brousse. « Dans l’ère Baatonu, il est interdit de préparer la nourriture destinée aux jumeaux avec ce bois », insiste Jacques Bagoudou.
D’ailleurs, lorsque vous leur servez certains mets, ils peuvent tomber malade ou passer deux jours à refuser de manger. C’est la preuve que ces nourritures leur sont interdites.
S’agissant des obligations et des devoirs envers les jumeaux Baatonu, ils ont également droit, comme n’importe quel nouveau-né de cette ère cultuelle, à des cérémonies de sortie les 7e ou 8e jours après leur naissance. Seulement, au lieu d’un poulet à préparer, il faudra en prévoir deux pour le repas à préparer pour chacun d’eux. Pour la cérémonie, si c’est un cabri qui a été tué, deux de ses cuisses feront l’affaire. C’est à cette occasion que des prénoms leur sont attribués. Pour les deux, une seule natte suffira.
Pour la jumelle, Angèle Bagri, ce n’est souvent pas évident que leurs parents croient aux bien-fondés de ces cérémonies qui leur sont destinées. En réalité, c’est par crainte des calamités qui peuvent s’abattre sur leurs familles, qu’ils l’organisent. Par contre, d’autres le font parce qu’ils sont attachés, entant que Baatonu, à leurs valeurs traditionnelles. C’est le cas de Dagui Douwarou, père de jumeaux, qui le fait par respect aux us et coutumes Baatonu. Transporteur à Parakou et également père de jumeaux, Mohamed Wahab, reste quant à lui dubitatif. Selon lui, ils sont des enfants comme tout autre. « Leur naissance n’a rien d’extraordinaire. C’est la société Baatonu qui l’a entouré de mythes », insiste-t-il.
Par ailleurs, la tendance est de les traiter de la même façon. Ainsi, pour évite de créer de différence entre eux, leurs habillements, cadeaux, bijoux et autres doivent être les mêmes. Mais gars, s’ils ne s’aiment pas. Dans ces conditions, il faudra leur trouver des trousseaux de toilettes différents, des couverts pas de mêmes couleurs pour leurs repas. Pour le savoir, il suffit de donner à manger à celui sortie en premier. S’ils s’entendent, il ne consommera pas le repas, tant que l’aîné ne l’aura pas autorisé. Pour ce faire, il faut d’abord servir le jumeau qui a été le dernier à sortir. En ne respectant pas leurs choix, prévient Jacques Bagoudou, vous risquez de vous créer des ennuis et à force de les obliger à s’accepter et à partager les mêmes effets ou objets, l’un d’eux finira pas s’en aller.
Par rapport à cette conception que les Baatonu se font des jumeaux, « ils peuvent se ressembler physiquement, et même parfois psychologiquement, mais ils restent deux personnes différentes avec des tempéraments différents. Il faut donc tenir compte de la spécificité de chacun et éviter de les comparer. Aussi, ne faudrait-il jamais attendre d’eux les mêmes attitudes », fait plutôt observer le sociologue, Gervais Alitonon.
Une situation que Jacques Bagoudou a vécue, il y a à peine deux ans, c’est le cas d’un enfant tombé malade et qui a été conduit à l’hôpital de Boko. Vaines se sont avérées les recherches pour retrouver ses veines afin de lui faire une perfusion. C’est alors qu’une vieille dame présente sur les lieux, demanda à ses parents s’il n’était pas par hasard jumeau. A leurs réponses, elle déduit que l’autre jumeau devrait être l’aîné et insista pour qu’on aille le chercher. Il a suffi seulement que l’on trouve la veine sur le bras de ce dernier, avant de pouvoir s’en sortir avec celui qui est souffrant. C’était, indique le vieux Jacques Bagoudou, à la surprise de tout le monde, y compris les médecins expatriés.
Au-delà de toutes ces considérations qu’ils vouent aux jumeaux, il y a certaines pratiques dans lesquelles les Baatonu ne se reconnaissent pas. Pour eux, il s’agit surtout d’une question d’orgueil et de dignité.
Il est fréquent, en effet, de rencontrer sur certains grands carrefours de la ville de Parakou, des mères en compagnie de leurs jumeaux bien habillés. Elles viennent les exposer dans l’espoir de bénéficier de la commisération des passants. Une pratique que déplore Aziz Gounou au motif qu’ils offensent ainsi les Baatonu.
Par le passé, précise Jacques Bagoudou, elle avait court, mais pas de cette manière. « Quelqu’un qui a fait des jumeaux et qui manque de moyens pour les élever, peut se mettre avec eux devant sa maison. A leur vue, les passants leur donnent de l’argent ou des cadeaux », informe-t-il.

De la réincarnation des jumeaux décédés

Lorsque l’un des jumeaux décède en bas âge, il est aussitôt représenté par une figurine sous forme de bout de bois de « Yalti » parée de cauris et de tissus. On l’installe souvent à côté du survivant. La maman le porte devant, quand elle met l’autre au dos. Ils sont toujours ensemble. Lorsque celui qui a survécu, aura grandi, l’on les séparera. Son second rejoindra alors la calebasse réservée aux jumeaux de la famille qui sont décédés. Ce sera après une cérémonie au cours de laquelle on fait des beignets de haricot blanc. Un coq servira à préparer une soupe légère avec moins de condiments et dépourvue de piments.
A l’occasion, on fait prendre une toilette à tous les jumeaux disposés dans la calebasse, avant de les sécher au soleil. C’est une fête organisée à leur intention, fait observer Jacques Bagoudou, pour leur annoncer l’arrivée d’un nouveau parmi eux. A la fin de la cérémonie, ils seront, avec leur nouvel hôte, rangés dans la calebasse qui le soir, retournera à sa place dans la chambre de la vieille dame la plus âgée de la famille.
« N’ayant pas connu sa seconde qui était décédée, j’ai grandi avec ma mère sans savoir qu’elle était une jumelle », rapporte Abdoulaye Idrissou, un sage du quartier Ladjifarani à Parakou. Il passait son temps à s’amuser avec la figurine constituée de cauris qui reposait dans une calebasse à l’intérieur de la case en banco les abritant. C’est plus tard, après le décès de sa mère, qu’il apprendra que la figurine servait à immortaliser sa seconde. Abdoulaye Idrissou a également été père de deux jumeaux qui s’en sont retournés quelques heures après leur naissance, l’un après l’autre. Il y a deux ans, pour orner son salon, il s’est mis à sa recherche sans succès. Par la suite, un de ses petits-fils devenu un jeune cadre vint à lui pour se plaindre que tous ses projets avaient du plomb dans l’aile. Après une consultation à l’indigénat, il ressort que c’est parce qu’il a jeté la fameuse figurine dans la forêt de Parakou. Son petit-fils ignorait également sa nature.
Ainsi, si dans certaines localités, on estime qu’un jumeau est allé en brousse lorsqu’il décède, chez les Baatonu, c’est qu’il a tout simplement rejoint la calebasse.
Par ailleurs, à supposer qu’un jumeau Baatonu décède à un âge avancé, l’entourage s’abstient de porter la nouvelle à son second qui ne réside pas dans la localité. C’est en lui versant de la cendre sur la tête, qu’il en est informé. Il peut alors assister aux obsèques de son frère jumeau, au risque de tomber malade ou de le suivre à son tour. « Même si nous ne nous acceptions pas, à sa mort, nous devons le faire », se défend l’exploitant forestier et jumeau, Damien Orou Kouma. « Certes, nous sommes venus au monde le même jour et la même mère, mais nous n’avons pas le même destin », soutient-il.
Avant longtemps, la croyance aux jumeaux au Bénin ne pourra être modifiée. Pour cause, la coutume et la tradition n’étant pas appelées à disparaître facilement.

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

23 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN




Voici pourquoi découvrir la campagne « Je suis Albinos » du slameur D. (...)


13 juillet 2020 par Judicaël ZOHOUN
Le slameur béninois et africain Djamile Mama Gao a lancé depuis le 13 (...)
Lire la suite

Vers la rénovation des anciens bâtiments coloniaux à Grand (...)


12 juillet 2020 par La Rédaction
Le maire de la commune de Grand-Popo, Jocelyn Henrico Ahyi s’est rendu (...)
Lire la suite

AVIS DE RECRUTEMENT


8 juillet 2020 par Judicaël ZOHOUN
GENERAL BUSINESS COSMETIC est une société béninoise spécialisée dans (...)
Lire la suite

Voici les Grands projets touristiques pour Ouidah


4 juillet 2020 par Judicaël ZOHOUN
C’est à l’occasion d’une projection organisée par l’Agence Nationale de (...)
Lire la suite

Une nouvelle Directrice Générale à la tête de MTN Bénin


2 juillet 2020 par La Rédaction
Le Groupe MTN a annoncé la nomination de nouveaux Directeurs Généraux à (...)
Lire la suite

Un citoyen rend hommage à Bruno AMOUSSOU


2 juillet 2020 par Judicaël ZOHOUN
Bruno AMOUSSOU , Le Messager de la Paix, Joyeux Anniversaire. C’est le (...)
Lire la suite

La directrice du CEG ‘’la verdure’’ loue le pragmatisme du maire (...)


30 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
« Monsieur le maire, nous voudrions profiter de cette occasion pour (...)
Lire la suite

Le maire Ahouandjinou parraine un don de masques aux apprenants


30 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
La cour du collège d’enseignement général ‘’la verdure’’ sis dans la (...)
Lire la suite

Luxury Area, c’est aussi une gamme diversifiée d’accessoires de (...)


30 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
Chères Clientes, Luxury Area , la grande marque de prêt à porter (...)
Lire la suite

Les membres d’une église offrent du plasma pour lutter contre le (...)


27 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
Une organisation religieuse basée en Corée du Sud dénommée « Shincheonji (...)
Lire la suite

Le témoignage d’un patient guéri du COVID-19 au centre d’Allada


27 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
« Le Covid-19 existe, je l’ai rencontré » Dr Florentin Codo (...)
Lire la suite

Un vieillard égorgé par un jeune homme


25 juin 2020 par Ignace B. Fanou
Un jeune homme âgé de 20 ans environ a ôté la vie à un ancien conducteur (...)
Lire la suite

Le compte rendu du Conseil des ministres du 24 juin


24 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
Le Conseil des ministres s’est réuni ce mercredi 24 juin 2020 sous la (...)
Lire la suite

Ni Adam, Ni Eve à la création de l’univers


24 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
L’histoire de la création du monde varie d’une société à une autre. En la (...)
Lire la suite

Des vagues d’orages et de chaleur s’annoncent au Bénin


23 juin 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Les jours et les semaines à venir seront marqués dans la zone (...)
Lire la suite

L’OFFE envisage un partenariat avec l’Université de Parakou


22 juin 2020 par Ignace B. Fanou
La deuxième édition des ’’Café Discussion’’ s’est tenue le jeudi 18 juin (...)
Lire la suite

Instruments de musique traditionnelle et rites sacrés en péril


22 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
Dans le Borgou, la musique traditionnelle tient également son (...)
Lire la suite

Un policier assassiné à Djougou


20 juin 2020 par Ignace B. Fanou
Le corps sans vie d’un agent de la Police Républicaine a été retrouvé ce (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires