samedi, 29 janvier 2022 •

304 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Économie verte

Un projet innovant de captage et de stockage du Carbone au Bénin




Face aux nouveaux défis climatiques induits par l’utilisation abusive des énergies fossiles, la Fondation Earth Love United dont la mission est d’éduquer la nouvelle génération à être un acteur de premier plan dans la lutte contre le changement climatique en vue de créer une planète plus verte, plus sûre et plus durable pour les générations futures, a initié en RépublIque du Bénin, un projet innovant de Captage et de stockage du carbone à l’aide de technologies basées sur la nature et la préservation des mangroves, de la faune et de l’écosystème.

Judicaël ZOHOUN

Très active lors de la COP 26 en Ecosse, la Fondation Earth Love United, a présenté une solution naturelle de capture et de stockage de Carbone, basée notamment sur les mangroves et les algues, les herbiers et chanvre. Cette solution est pour l’heure expérimentée au Bénin. Il est baptisé RAMSAR 17 et couvre une superficie de 524.000 ha.
Le but fixé par la Fondation présidée par Jean Missinhoun est d’arrêter la dégradation des forêts de mangrove, de travailler avec les habitants pour planter des mangroves et protéger la zone cible afin d’approfondir des recherches sur les technologies de capter du carbone basées sur la nature (mangroves, herbiers, algues, chanvre)dont la phase expérimentale a été très concluante. Le coût total du projet est estimé à $ 200.000.000 répartis en trois étapes pour un objectif d’environ 1.000.000 t de CO2 à stocker.

Les étapes du projet

La réalisation du projet initié par Jean Missinhoun et son équipe se fera en trois étapes. La première étape estimée à $ 40.000.000 est consacrée à la réalisation d’un centre de recherche et d’innovation mondial pour étudier les différentes espèces afin de comprendre leur modèle de croissance, faire des recherches génétiques sur les meilleures espèces qui permettent de capter et de stocker le carbone.
La deuxième étape dont le budget s’élève à $ 60.000.000 est consacrée à la Plantation et la réhabilitation de mangroves couplées à la culture d’herbes marines et d’algues afin d’augmenter les efforts de plantation locale, cultiver des algues et des herbiers pour approvisionner les écosystèmes de mangrove, recueillir des échantillons et surveiller leur croissance.

La troisième étape du projet dont le budget est de $ 100.000.000 est essentiellement réservée au captage de carbone évolutive. L’objectif est d’atteindre 1.000.000 de tonnes de CO2 séquestré

Les atouts géographiques de la zone couverte par le projet  

Le projet couvre la zone côtière humide du Sud Bénin où sont concentrées les mangroves. Le climat est équatorial avec une pluviométrie totale moyenne de 1 200 mm/an principalement en deux saisons (mars- fin juillet et septembre-novembre) et deux saisons sèches (fin juillet-début septembre et fin novembre-début mars). Les températures quotidiennes moyennes sont d’environ 27 °C, l’humidité relative varie d’un minimum de 78 % en janvier-février à un maximum de 95 % en septembre.

Le complexe de zones humides ouest est situé dans la partie ouest du bassin sédimentaire côtier dont les principales séries sont le Crétacé supérieur, l’Éocène, le Continental Terminal et les formations récentes. La région possède un réseau hydrologique dense avec trois grands fleuves : le Couffo, le Mono et le Sazué. Le Couffo, long de 190 km, est un petit fleuve du régime guinéen avec deux saisons de crue. Il prend sa source en pays togolais à 240 m d’altitude, près du village frontalier de Tchetti, et se jette dans le lac Ahémé. Le Mono, avec 148 km de son cours au Bénin, a une pente de lit dans le bassin versant du sud Bénin qui est très faible (0,06 à 0,4 m/km). Le Sazué, long de 63 km, est formé par la rencontre de deux rivières : le Dévédon (22 km) et le Salédo (40 km). Les pentes du lit sont extrêmement faibles. En dehors de ces grands fleuves, il en existe d’autres aux physionomies diverses :

les lacs Zoko, Dévé, Togbadji, Egbo, Doukon, Toho Godogba, Wozo et DatchiDofe ; Grandes dépressions marécageuses au sud de l’Athiémé et à l’ouest des districts de Comè, où plusieurs formations végétales peuvent être rencontrées notamment des poches de mangrove, des forêts riveraines, des forêts marécageuses périodiquement inondées, des marais, des prairies et des forêts aquatiques flottantes les plus riches en carbone dans la végétation. La physionomie et la récupération de chacun de ces parcours dépendent de la composition floristique des communautés végétales qui sont elles-mêmes fonction des variations spatio-temporelles des conditions environnementales et climatiques.
La végétation des terres arides est moins diversifiée. Ce sont les savanes arborées et arbustives semi-décidues de la forêt tropicale. Les formations naturelles ont subi ou subissent une pression croissante et ont été pour la plupart remplacées par diverses terres agricoles et plantations, et le reste est dans un état de dégradation plus ou moins avancé. La spécificité de cette zone est qu’elle est constituée d’un habitat naturel dominé par des espèces de mangroves notamment R. racemosa et A. germinans. La région abrite une biodiversité exceptionnellement élevée avec une flore des zones humides riche de 364 espèces dans 100 familles dont les plus réparties et les plus représentées sont les Poaceae (34 espèces), les Rubiaceae (29 espèces), les Cyperaceae (28 espèces), les Fabaceae (20 espèces), les Euphorbiaceae ( 16 espèces), Moraceae (14 espèces) et Apocynaceae (11 espèces). Les espèces de mangrove comprennent R. racemosa, A. germinans, Conocarpus erectus et Laguncularia racemosa, et Acrostichum aureum (fougère de mangrove) ; les espèces de mangrove associées fréquemment rencontrées sont les suivantes : Dalbergia ecastaphyllum, Drepanocarpus lunatus, Phoenix reclinata, des espèces plus herbacées telles que P. vaginatum, Sesuvium portulacastrum, Philoxerus vermicularis, et plus ou moins Fimbristylis ferruginea, Crotalaria retusa, Hibiscus seliaceus, orbicularis, Elaeis guineensis et Cocos nucifera. Le système de zones humides fournit non seulement des couloirs de migration pour les espèces marines et intérieures, mais aussi un habitat d’hivernage pour les oiseaux, y compris les sternes et d’autres espèces paléarctiques

Avantages socio-économique du site
Ce complexe regorge d’atouts uniques : naturels, paysagers, religieux, touristiques, économiques, etc. En effet, la zone est soumise à une forte pression anthropique qui se manifeste par une exploitation incontrôlée de ses ressources, qui ont pour conséquences une érosion accrue, des changements écologiques affectant la biodiversité, etc. La région se caractérise par une grande diversité ethnique avec une population de plus d’1 million de personnes composée majoritairement de deux (02) groupes :
• Sur la côte : le Pla entre Pahou et Avlékété, la Pédah entre Ouidah et
Djègbadji, l’Aizo entre Cococodji et Godomey, les Fon et les Keta se retrouvent le long de la côte et partout, Gengroup et Ewe, les retardataires occupent toute la côte de Ghana (origine) au Nigéria.
• Sur la côte nord, la plupart des Adja, Fon, Nago et Mina ont été trouvés.
Les activités humaines les plus importantes dans la région sont la pêche dans les lacs et les systèmes lagunaires voisins. L’agriculture comprend la culture de légumes et de grandes cultures, en particulier les tomates, les haricots, les oignons, le poivre, le maïs et le manioc. Les systèmes de production de petit bétail (oiseaux domestiques, lapins, chèvres et moutons) sont principalement basés sur des systèmes d’élevage en liberté autour des fermes. Le sel est également produit autour des zones de mangrove et la conversion du vin de palme en alcool. Les grandes quantités d’argile dans la zone de mangrove sont utilisées dans l’industrie de la poterie locale.

Eu egard à tout ce qui précède, Il sied de reconnaître que le projet de la Fondation Earth Love United en expérimentation en République du Benin est une innovation majeure à fort potentiel socio-économique durable sur les zones cibles.

Selon de récentes études plus poussées dans le domaine, les forêts de mangrove du monde sont capables de séquestrer jusqu’à 380 millions de tonnes de CO2.
A ce titre, leur restauration pourrait rapporter 11,8 milliards de dollars d’ici 2040 grâce à la vente de crédits de carbone bleu (pour le carbone collecté par les écosystèmes océaniques et côtiers). Un secteur qui pourrait intéresser les fonds verts du continent africain .

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

8 janvier 2022 par Judicaël ZOHOUN




Le captage et stockage du CO2, solution d’avenir pour le climat ou (...)


28 janvier 2022 par Judicaël ZOHOUN
Les techniques qui consistent à capter le CO2 lors de sa production ou (...)
Lire la suite

ARISE IIP rejoint la Fédération Internationale des Fabricants de Textile (...)


25 janvier 2022 par La Rédaction
ARISE IIP, le développeur et opérateur panafricain de parcs industriels (...)
Lire la suite

Les PME d’Afrique de l’Ouest bénéficient d’un apport de capitaux


24 janvier 2022 par Akpédjé Ayosso
L’accès limité au capital reste un obstacle important à la croissance (...)
Lire la suite

UBA Bénin invite sa clientèle à la mise à jour des données personnelles


20 janvier 2022 par Judicaël ZOHOUN
Cher.e client.e, Accordez-nous 5 minutes de votre temps pour mettre à (...)
Lire la suite

ISOCEL SA agréée au régime des investissements spécifiques


19 janvier 2022 par Akpédjé Ayosso
L’entreprise de télécommunications ISOCEL SA est admise au bénéfice des (...)
Lire la suite

03 sociétés agréées au Code des investissements pour divers (...)


19 janvier 2022 par Akpédjé Ayosso
En Conseil des ministres ce mercredi 19 janvier 2022, trois nouvelles (...)
Lire la suite

Pas de taxe sur les jus de fruits, eaux et riz produits au (...)


15 janvier 2022 par Marc Mensah
Les droits à l’importation sur les jus de fruits et eaux minérales ont (...)
Lire la suite

Un projet initié au Bénin dans le viseur de Elon Musk


15 janvier 2022 par Judicaël ZOHOUN
Très active lors de la COP 26 en Ecosse, la Fondation Earth Love (...)
Lire la suite

Wilfried H. clarifie la taxe de 5% sur les transactions électroniques


14 janvier 2022 par Ignace B. Fanou
La taxe de 5% instaurée sur les GSM par le Nouveau Code Général des (...)
Lire la suite

LEO, LE CHATBOT DE UBA REALISE UN SUCCES MASSIF SUR LE CONTINENT


12 janvier 2022 par Judicaël ZOHOUN
La banque africaine de renommée mondiale, United Bank for Africa (UBA), (...)
Lire la suite

Spectacles et réjouissances collectives désormais taxés


12 janvier 2022 par Marc Mensah
Une taxe est instituée sur les spectacles, jeux et divertissements dans (...)
Lire la suite

Coris Bank déterminée à soutenir le secteur privé béninois


11 janvier 2022 par Marc Mensah
La nouvelle année 2022 s’ouvre sur de belles perspectives pour le (...)
Lire la suite

Un excellent cru pour la BRVM et le DC/BR de l’UEMOA


2 janvier 2022 par Akpédjé Ayosso
Les rideaux sont tombés sur l’année boursière 2021. Malgré la persistance (...)
Lire la suite

20 milliards FCFA aux PME et à leur personnel


31 décembre 2021 par Ignace B. Fanou
Les impacts de la pandémie de Covid-19 sur les Petites et Moyennes (...)
Lire la suite

Les documents fiscaux désormais gratuits


31 décembre 2021 par Marc Mensah
Plus rien à payer dès le 1er janvier 2022 pour se faire délivrer un (...)
Lire la suite

Le Bénin mobilise 13 milliards FCFA pour la formation professionnelle


26 décembre 2021 par Akpédjé Ayosso
Le gouvernement béninois a procédé à la signature de la première (...)
Lire la suite

Léonard Dossou parmi les 100 qui transforment l’Afrique


26 décembre 2021 par Akpédjé Ayosso
Le Directeur général de L’Economiste du Bénin et L’Economiste du Togo, (...)
Lire la suite

Comment le Bitcoin Peut Contribuer à la Réduction de la Pauvreté


26 décembre 2021 par Judicaël ZOHOUN
Les économistes affirment que les Bitcoins stimulent l’économie mondiale (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires