mardi, 25 juin 2024 -

1369 visiteurs en ce moment

"À un moment donné, j’ai arrêté de demander aux patients où se trouvaient leurs proches"




Ulrich Crépin Namfeibona est le chef de l’équipe d’urgence envoyée par Médecins Sans Frontières (MSF) pour répondre aux inondations dévastatrices qui ont frappé l’est de la République démocratique du Congo dans la nuit du 4 mai, faisant 400 morts.

« Dans la matinée du vendredi 5 mai, notre équipe d’urgence a été informée par les autorités que, dans la nuit, des inondations et des glissements de terrain avaient frappé Nyamukubi et Bushushu, deux villages comptant au total environ 14 000 habitants, dans le territoire de Kalehe, dans la province du Sud-Kivu, à l’est de la République Démocratique du Congo (RDC). Suite à des appels téléphoniques avec des dirigeants communautaires et des agents de santé locaux, nous nous sommes vite rendus compte que nous étions confrontés à une catastrophe majeure.
Nous nous sommes mobilisés rapidement pour partir le lendemain. J’ai voyagé avec une équipe en moto à Nyamukubi depuis Minova, où nous aidons des personnes déplacées fuyant le conflit ; l’autre équipe est partie en voiture vers Bushushu depuis la base de MSF à Bukavu, la capitale provinciale, transportant des médicaments et du matériel médical pour soigner les blessés, ainsi que des sacs mortuaires.
C’était choquant de constater que ce village où nous faisions escale pendant nos mouvements et qui était habituellement animé avait presque disparu. Plus de la moitié du village avait été emportée : les maisons, le marché, les champs, le bétail, le système d’eau... Tout n’était plus que décombres et destruction.
Ce jeudi-là, était le jour du marché hebdomadaire à Nyamukubi. Ce marché attire de nombreux visiteurs dans la région, d’aussi loin que Bukavu et Goma, de sorte que la région comptait environ le double de la population habituelle. La catastrophe a pris tout le monde par surprise. Après le premier glissement de terrain, de nombreuses personnes ont fui, mais la rivière a débordé, ne laissant aucun moyen de s’échapper, tandis que les fortes pluies ont continué.
En arrivant au centre de santé de Nyamukubi, c’était comme si tous les villageois restants étaient là. Les chambres étaient pleines de blessés – il y en avait partout, sur les lits, par terre – et il y avait aussi de nombreux proches. C’était la panique, les gens pleuraient et criaient, et le personnel de santé local semblait dépassé.
La première chose que nous avons faite a été d’aider à gérer la foule et à trier les patients. Nous avons identifié les patients les plus critiques, ceux qui avaient besoin de soins spécialisés pour survivre et ceux qui étaient modérément blessés et pouvaient donc être traités sur place. Deux patients souffrant de traumatismes crâniens sont décédés peu après notre arrivée.
Pendant ce temps, dans la ville de Kalehe, la deuxième équipe avait trouvé une situation très similaire, avec de dizaines de patients blessés qui avaient déjà été transférés du village de Bushushu.
Nous avons dû réfléchir rapidement car nous étions confrontés à un défi majeur : la route principale traversant la zone sinistrée avait été coupée par le glissement de terrain et l’érosion hydrique et était désormais inutilisable. Grâce à la communauté, nous avons identifié le propriétaire d’un bateau commercial qui effectuait des trajets quotidiens vers Goma via le lac Kivu. Nous avons loué le bateau puis fait quelques vérifications et adaptations, en déplaçant certains sièges pour bien positionner les patients.
Ce même jour, nous avons utilisé le bateau pour transférer 16 personnes grièvement blessées de Nyamukubi vers Kalehe. Ils avaient des fractures ouvertes et fermées, aux membres, au corps, des polytraumatismes… Comme nous n’avions que du carburant pour un court voyage, nous les avons d’abord emmenés au port de Kalehe, puis nous avons fait une série de voyages sur une route non goudronnée et très détériorée pour les emmener à l’hôpital de la ville, où ils ont rejoint 59 autres patients blessés.
Le lendemain, le 7 mai, nous avons transféré 28 de ces patients à l’hôpital provincial de Bukavu lors d’un voyage en bateau de quatre heures. Parmi eux, il y avait plusieurs enfants et femmes enceintes. Chacun était accompagné d’un proche.

Au cours des jours suivants, nous avons procédé à de nouvelles évacuations de patients gravement blessés de zones touchées vers Bukavu, en coopération avec les autorités sanitaires et d’autres organisations, en utilisant désormais des bateaux plus sophistiqués. Nous avons transféré un total de 41 patients à l’hôpital provincial de Bukavu.
C’était une opération extrêmement difficile, avec des décisions difficiles à prendre, car tous les proches ne pouvaient pas être embarqués. À un moment donné, j’ai cessé de demander aux patients où se trouvaient leurs proches ; leurs réponses ont souvent confirmé la perte d’êtres chers.
De retour dans les villages inondés, quelques blessés légers prêts à sortir sont restés dans les centres de santé, devenus un refuge pour les déplacés. Que pouvez-vous faire lorsque vous n’avez plus de logement ? D’autres personnes se réfugient dans des églises, des écoles et tous les bâtiments administratifs encore debout.
Aujourd’hui, les personnes dont les maisons n’ont pas été détruites hébergent jusqu’à cinq familles. Certains villageois se sont déplacés vers la colline et y ont installé des abris de fortune, tandis que de nombreux autres se sont rendus dans les villages voisins.
Le 11 mai, plusieurs ONG et agences des Nations Unies étaient arrivées à Kalehe et apportaient de l’aide ou s’apprêtaient à le faire. Les besoins humanitaires les plus urgents sont les abris, l’eau potable, les secours essentiels, la nourriture, la protection de nombreux enfants qui ont perdu leurs parents et le soutien psychosocial pour faire face à cette tragédie. Chez MSF, nous restons vigilants quant à l’état des blessés et aux autres besoins médicaux qui pourraient survenir.
Jusqu’à présent, plus de 400 personnes ont été confirmées mortes, mais les autorités locales estiment que plusieurs milliers sont toujours portées disparues, en particulier à Nyamukubi. L’espoir de les retrouver vivants s’est évanoui et la recherche des cadavres, gérée par la Croix-Rouge congolaise et la communauté locale, se poursuit sans relâche, entravée par un manque de moyens logistiques pour faire face à une catastrophe de cette ampleur, qui hantera longtemps les mémoires de la population.

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

15 mai 2023 par Judicaël ZOHOUN




SM le Roi Mohammed VI déploie une opération humanitaire d’aide (...)


24 juin 2024 par Ignace B. Fanou
Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Président du Comité Al Qods, a donné (...)
Lire la suite

Le Bénin enregistre 1 décès au Hajj 2024


24 juin 2024 par Marc Mensah
Un décès a été enregistré dans le rang des pèlerins béninois en (...)
Lire la suite

Le Bénin, modèle des cantines scolaires en Afrique et dans le monde


24 juin 2024 par Marc Mensah
Le Programme National d’Alimentation Scolaire Intégré (PNASI) du (...)
Lire la suite

Des consignes sanitaires après la mort de plusieurs pèlerins


18 juin 2024 par Akpédjé Ayosso
Plus de 20 morts ont été enregistrés lors du Hajj à La Mecque en (...)
Lire la suite

Orano lance les travaux préparatoires au Niger


13 juin 2024 par Akpédjé Ayosso, Ignace B. Fanou
Avec des réserves d’uranium estimées à 200 000 tonnes, le site (...)
Lire la suite

<<Au milieu de la tourmente mondiale, Citoyens unis pour la (...)


13 juin 2024 par Judicaël ZOHOUN
Alors que des conflits éclatent dans le monde entier, menaçant la (...)
Lire la suite

Le Maroc veut construire la plus grande station de dessalement en Afrique


10 juin 2024 par Ignace B. Fanou
SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan a procédé, lundi 10 juin (...)
Lire la suite

La 15e Assemblée générale de l’UAR prévue pour le 03 septembre


10 juin 2024 par Akpédjé Ayosso, Ignace B. Fanou
L’Union Africaine de Radiodiffusion (UAR) tiendra sa 15e assemblée (...)
Lire la suite

Le Niger entre réalité du pouvoir et enjeux de développement


10 juin 2024 par Judicaël ZOHOUN
: L’axe commercial Cotonou - Niamey est toujours renforcé malgré les (...)
Lire la suite

Le Japon exprime son « appréciation des efforts sérieux et crédibles (...)


31 mai 2024 par Ignace B. Fanou
Le Japon a exprimé, vendredi 31 mai 2024, à Tokyo, son “appréciation (...)
Lire la suite

Le Maroc réélu au Comité des Droits de l’Homme de l’ONU avec une (...)


29 mai 2024 par Ignace B. Fanou
Le Royaume du Maroc a été brillamment réélu, ce mercredi 29 mai 2024, (...)
Lire la suite

FIFA et AFD renouvellent leur protocole d’accord


29 mai 2024 par Akpédjé Ayosso
La FIFA et l’Agence française de développement ont renouvelé leur (...)
Lire la suite

Par peur,Tiani emprisonne à tour de bras les militaires


29 mai 2024 par Ignace B. Fanou
Confrontés à de sérieuses difficultés économiques, la junte au (...)
Lire la suite

Le Sénégal réaffirme son soutien “constant et ferme” au Maroc


27 mai 2024 par Ignace B. Fanou
La République du Sénégal a réaffirmé, lundi 27 mai 2024, à Rabat, par (...)
Lire la suite

La Zambie réaffirme son soutien au plan d’autonomie du Sahara marocain


24 mai 2024 par Ignace B. Fanou
La République de Zambie a réitéré, ce vendredi 24 mai 2024, à Rabat, (...)
Lire la suite

Des députés britanniques demandent de soutenir l’initiative (...)


23 mai 2024 par Ignace B. Fanou
Une lettre en date du 23 mai 2024 a été adressée par 30 parlementaires au
Lire la suite

Le MSP présenté comme une opposition pacifique au Polisario


22 mai 2024 par Ignace B. Fanou
Une délégation du Mouvement des Sahraouis pour la Paix (MSP) a (...)
Lire la suite

Les investisseurs émiratis rassurés du soutien des autorités béninoises


19 mai 2024 par Ignace B. Fanou
Des investisseurs émiratis de haut niveau a séjourné au Bénin du 13 (...)
Lire la suite




Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires