jeudi, 13 juin 2024 -

1177 visiteurs en ce moment

Restauration de rue

Ces femmes qui tirent profit de la vente de nourriture la nuit




À Cotonou, des femmes en quête d’une nouvelle source de revenus optent de plus en plus pour la vente de nourriture la nuit. Elles proposent des plats béninois à des prix abordables.

Cotonou, capitale économique du Bénin, ne s’anime pas qu’en journée. Au coucher du soleil, c’est le moment idéal pour certaines femmes de faire du profit. Elles ont fait le choix de vendre de la nourriture spécifiquement la nuit. Equipées de quelques chaises et de tables, elles s’installent dans un coin de rue pour proposer une variété de mets. Parmi les incontournables plats, on trouve le come (une pâte fermentée fabriquée à base de maïs moulée dans des feuilles de maïs ou dans des sachets). Il y a également de l’Akassa (une pâte à base de maïs, souvent accompagnée de fromage ou de poissons), de Atiéké (couscous de manioc), de ablo (fait avec du maïs et de plus en plus remplacé par le riz) etc.

Dame Louise est dans la restauration de rue depuis 5 ans. La journée, elle se consacre à son activité de vente de divers. Le soir à partir de 20 heures, elle propose à ses clients du come non loin de sa maison à Fidjrossè. « Je ne fais que ça depuis des années. J’ai mes clients qui viennent chaque soir pour manger chez moi. Ils adorent manger le plat de come en soirée », a confié dame Louise. Cette dernière a engagé un membre de sa famille pour aider à la préparation et au service des repas.

Dame Cécile est aussi lavandière dans la journée et vendeuse de nourriture dans la soirée. Elle vend le plat d’Akassa accompagné de fromage ou de poissons à ses clients. Autrefois vendeuse ambulante dans les rues de Cotonou, elle a décidé de se trouver un emplacement à Akogbato pour vendre sa nourriture. « J’ai choisi de vendre la nuit parce qu’en journée, je peux faire autre chose. Au début, c’était un peu difficile mais si tu commences à avoir des clients, tu vas bien vendre », a-t-elle indiqué.
Il en est de même pour Sylvie, jeune femme au foyer. « J’ai ma petite boutique mais les soirs, je prépare un peu d’Atassi (un mélange de riz et de haricot, ndlr) pour vendre. C’est juste pour avoir plus d’argent à la fin du mois », a-t-elle confié.

Pour ces femmes, vendre de la nourriture la nuit est une source de subsistance vitale. Les profits réalisés ne sont pas négligeables. Selon dame Louise, elle peut vendre entre 15.000 FCFA et 25.000 FCFA par nuit. Leur revenu mensuel dépasse souvent le salaire minimum garanti au Bénin (52 000 FCFA, Ndlr). « Il y a des jours on ne vend pas assez mais on fait avec. Tu vas enlever l’argent que tu as utilisé pour préparer avant d’avoir ton bénéfice », a-t-elle ajouté. À en croire dame Cécile, c’est ce qu’elle gagne qui lui permet de subvenir aux besoins de sa famille.

Ces vendeuses ont des clients réguliers de toutes les catégories (jeunes, adultes etc). Leurs lieux de vente deviennent parfois des points de repère et de rencontre entre amis. « C’est mon coin préféré pour manger de Ablo. Elle (vendeuse, ndlr) le fait très bien. Avec 300 FCFA, tu es déjà rassasié et je suis souvent avec des amis », a confié un jeune soudeur rencontré sur un lieu de vente de nourriture à Gbégamey.

Pour l’agent de sécurité Richard, son métier l’oblige souvent à passer la nuit hors de chez lui. « Quand je n’apporte rien de la maison, j’achète à manger chez la vendeuse tout près avec quelques pièces. Le plat est moins cher que dans un restaurant », a-t-il affirmé.
Pour d’autres, ils n’ont parfois par le temps de faire la cuisine chez eux. « Il y a des jours où je n’arrive pas à préparer parce que je reviens du boulot tardivement. J’en profite pour acheter quelque chose à manger lorsque je quitte le service », a confié Nadine Z.

A côté de ces vendeuses, il y a aussi les cafétérias qui proposent les plats de spaghettis sautés, omelettes, caf, lait caillé… et les stands de viande braisée ‘’ chanchanga’’.
Bien que la restauration de rue soit une activité génératrice de revenus, elle ne respecte pas souvent les règles d’hygiène.

Akpédjé Ayosso

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

25 mai 2024 par Akpédjé Ayosso




Une pharmacie clandestine démantelée à Adja-Ouèrè, 193 Kg de (...)


13 juin 2024 par F. Aubin Ahéhéhinnou, Ignace B. Fanou
Les éléments du commissariat d’arrondissement de Tatonnoukon, à (...)
Lire la suite

La Fondation Claudine Talon sauve encore 31 femmes


13 juin 2024 par F. Aubin Ahéhéhinnou, Ignace B. Fanou
A travers le projet Zéro fistule obstétricale au Bénin, la Fondation (...)
Lire la suite

Des catégories de personnes et objets à inscrire au Fichier de la Police


13 juin 2024 par Ignace B. Fanou, Marc Mensah
Les informations nominatives (nom, prénoms, filiation, références de (...)
Lire la suite

Des journalistes condamnés avec sursis, 500 000 f d’amende


12 juin 2024 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Trois journalistes ont été condamnés mardi 11 juin 2024 dans (...)
Lire la suite

Une société cumule plus de 41 millions F de loyers impayés


12 juin 2024 par Marc Mensah
Le preneur de l’immeuble de l’ex hôtel « LA CAPITALE » à Porto-Novo, (...)
Lire la suite

Le corps sans vie d’une femme repêché sur la lagune de Cotonou


12 juin 2024 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Ce mardi 11juin 2024, le corps sans vie d’une femme a été repêché sur (...)
Lire la suite

Clément Capo-Chichi en garde à vue à la BEF


11 juin 2024 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Le président de la Commission béninoise des droits de l’Homme (CDBH), (...)
Lire la suite

Tayc et Dadju reçus par Talon


11 juin 2024 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Les artistes Tayc et Dadju séjournent au Bénin depuis dimanche 09 (...)
Lire la suite

Un jeune homme risque 05 ans de prison pour escroquerie via internet


11 juin 2024 par F. Aubin Ahéhéhinnou
La Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (...)
Lire la suite

La SGDS lance la Journée mensuelle du tri à Porto-Novo


10 juin 2024 par Akpédjé Ayosso
La Société de Gestion des Déchets et de la Salubrité (SGDS) a lancé, (...)
Lire la suite

13 individus arrêtés, produits psychotropes et motos saisis


9 juin 2024 par Marc Mensah
Mille trois cent soixante seize (1376) comprimés de Tramadol, quatre (...)
Lire la suite

Le militant politique Thibaut Ogou recouvre la liberté


9 juin 2024 par Marc Mensah
En prison dans le cadre des manifestations de l’élection de 2021, le (...)
Lire la suite

Un faux militaire en prison à Parakou


7 juin 2024 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Les éléments du commissariat de Tchaourou, dans le département du (...)
Lire la suite

L’identité du candidat décédé à l’examen du CEP 2024


7 juin 2024 par Marc Mensah
Un candidat à l’examen du Certificat d’Etudes Primaires (CEP) 2024, (...)
Lire la suite

Un arsenal de fabrication de boissons alcoolisées frelatées saisi


6 juin 2024 par Marc Mensah
Le commissariat de l’arrondissement de Pahou dans le département de (...)
Lire la suite

Un prêtre cambriolé, 500.000 F et des biens emportés


5 juin 2024 par Ignace B. Fanou, Marc Mensah
Le domicile d’un prêtre de l’église catholique a été cambriolé à (...)
Lire la suite

Un jeune instituteur se suicide à Parakou


5 juin 2024 par Ignace B. Fanou, Marc Mensah
Un Aspirant au Métier d’Enseignant (AME) de la ville de Parakou s’est (...)
Lire la suite

La date d’ouverture des nouveaux marchés modernes officialisée


4 juin 2024 par Marc Mensah
Les marchés modernes construits dans le cadre du Programme d’Action (...)
Lire la suite




Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires