dimanche, 23 juin 2024 -

1177 visiteurs en ce moment

Théâtre

Les Larmes d’une Reine




1/ Préambule
Le dimanche 12 mai 2024, la troupe " Corélias Productions" a produit un spectacle à l’Eglise EAD d’Affacodji, à 17H00, intitulé Les Larmes d’une Reine. Un spectacle inédit et pas comme les autres...
En effet, dans cette pièce, vous ne verrez aucune référence religieuse. Dans le texte, aucune mention à Dieu ou à Jésus... Et c’est précisément cette caractéristique qui est complètement inhabituelle...

Et c’est précisément cette audace qui confère à la troupe de Corélias Productions, sa marque de fabrique : l’originalité dans la créativité ! Et pourtant, une pièce très engagée !!! Quel paradoxe, n’est-ce pas ?!
Mais, vous allez comprendre... Toutefois, avant tout, il faut vous présenter ceux qui ont porté ce spectacle...

2/ Fiche technique

Scénario : Corélias et Marie Bonnemaison
Personnages principaux :
L’inspecteur de police...................................Eliezer
Fiton, le mari de Faty....................................Babel
Agent Daniel, le gardien de prison................Samuel
Lionel ( copain de Fiton)................................Lionel
Eliezer ( copain de Fiton)...............................Armand
Amanda, la maîtresse de Fiton......................Lucresse
Ame Fleur, la meilleure copine d’Amanda..............Falokè
Faty, l’épouse de Fiton...................................Gloria
Victoire, mère de Faty, marchande de fruits...Charlie
Justine, voisine de Victoire............................Josiane
Eléna, la soeur de Faty..................................Ame Fleur
Joseph, 2e agent de police.............................Elysée
Paul, serveur à La Cabane du Pêcheur..........Modeste
Hôtesses entre chaque acte...........................Josiane et Ame Fleur
Rendre hommage aux interprètes, c’est d’abord pouvoir les reconnaître ! Et quand on lit son nom dans un Journal, c’est évidemment une fierté et un honneur... Mettez-vous à leur place !

3/ Un résumé de la pièce

Dès le premier acte, on est plongé au cœur de la problématique. Un homme est conduit sans ménagement dans une salle d’interrogatoire au Commissariat... Dès que l’inspecteur arrive, l’affrontement entre les deux hommes commence. Fiton, le suspect, qui devient de plus en plus agressif, proclame son innocence mais en vain. A la fin de l’acte, il est conduit en garde à vue, accusé de la disparition de sa femme...

Au deuxième acte - qui nous plonge en fait dans un retour en arrière dans le passé - on assiste à la rencontre " sulfureuse " de Fiton avec Amanda, celle qui va lui chavirer les sens et devenir sa maîtresse régulière. La scène se passe dans un maquis, Fiton avait rendez-vous avec ses deux copains, ils avaient soif et quand la serveuse arrive, Fiton est immédiatement plongé dans les filets de cette enjôleuse. Avec " Coller la petite " (la musique de Franko, qui a fait le tour du monde) il va lui déclarer sa flamme très explicitement...

Au troisième acte, évidemment, les relations de Fiton avec sa femme Faty sont devenues explosives. Faty sait d’où revient son mari, la nuit, en douce, ses chaussures à la main. D’abord, elle s’insurge. Elle proteste. Elle revendique son rôle d’épouse. Elle supplie. Elle crie. Elle se révolte de cette injustice. Alors, Fiton explose. Il l’empoigne, il la balaie au sol, il serre ses mains sur sa gorge, puis il la laboure de coups de pieds, en l’insultant parce qu’elle ne veut pas lui rendre sa liberté... Quand il revient vers elle, elle essaie de l’émouvoir une dernière fois en lui rappelant les merveilleux souvenirs de leur passé. Elle voudrait tellement croire que leur histoire n’est pas finie...
L’acte se termine avec la chanson de Céline Dion : « Pour que tu m’aimes encore... » - chanson que toutes les jeunes filles béninoises connaissent par cœur...

Au marché, à l’acte IV, Faty, décomposée, retrouve sa mère au marché pour vendre des fruits et gagner un peu d’argent. Sa mère, inquiète, la regarde et comprend immédiatement. « C’est lui qui t’a battue, n’est-ce pas ?! », hurle-t-elle à sa fille... Mais Faty ne peut pas avouer la vérité à sa mère. Alors, elle la rassure et lui dit que tout va bien...

Pourtant, à l’acte V, quand sa petite sœur Eléna, court affolée vers elle, parce que Faty l’a appelée au secours, elle va enfin reconnaître que maintenant, elle a peur de son mari. Elle va enfin reconnaître qu’elle a failli mourir étranglée...Encouragée et accompagnée par sa petite sœur, Faty se rend alors au commissariat pour porter plainte. Quand l’inspecteur apprend le nom de son mari, il se lève d’un bond de sa chaise et la félicite. Il l’attendait depuis des mois. Sans elle, justice ne pouvait être rendue. Et c’est là que le titre de la pièce prend tout son sens : « Madame, vous êtes une reine !!! C’est avec des femmes comme vous que nous ferons sortir notre pays du Moyen-âge ! »
Dans la dernière scène, tandis que Fiton roucoulait le parfait amour avec Amanda, à La Cabane du Pêcheur, sous la lumière des étoiles, deux policiers déboulent comme des boulets de canon, pour arrêter le coupable.

« Au nom de la loi, d’après le décret n° 2011-26 du 09 janvier 2012 nous vous arrêtons pour coups et blessures envers Madame Faty GBOYOU, votre épouse ! Vous encourez 15 ans de prison ! »

4/ Commentaire et critique
Une pièce remarquablement interprétée. Les comédiens se sont impliqués avec leur cœur, avec leurs tripes, et dans la salle, le public l’a bien compris. Personne n’a ri quand Fiton battait sa femme... Gloria, qui interprétait le rôle de Faty, pleurait réellement quand elle hurlait son désespoir. Les femmes qui étaient là, ont applaudi très fort quand ce misérable de mari, le coupable de tant de souffrances, a enfin été arrêté et conduit en prison... Et pourtant Fiton, est un personnage complexe... Il n’a pas pu avoir d’enfant avec Faty. Tous dans le quartier se moquaient de lui, le soupçonnant d’impuissance. Alors, comment ne pas le comprendre, quand - face à la pression de la société africaine qui juge tout couple infertile - il rencontre une autre femme qui le fait de nouveau rêver d’une famille ??? Un personnage complexe, finalement mi odieux, mi sympathique. ( Bravo à toi, Babel, tu as été tellement crédible ! ) C’est cela qui est intéressant au théâtre ! Ça fait réfléchir, même si on rit... [ Molière, au 17e siècle l’avait dit : faire rire, pour instruire ! ]
Mais TOUS LES COMEDIENS ont été remarquables, ce 12 mai 2024 ! Déjà, Eliezer qui perd son contrôle quand l’infâme mari soupçonné de maltraitance conjugale, ose le menacer - lui, inspecteur de police - de le poursuivre pour diffamation. Et puis, Samuel, qui joue l’agent Daniel toujours éberlué ! Lui qui ne comprend pas vraiment la gravité de la situation puisqu’il se permet de faire les yeux doux à la sœur de Faty, venue témoigner... Ah, Samuel, toi, tu sais bien faire rire le public et ça fait du bien ! Et quand tu arrêtes Fiton, avec Elysée, ton acolyte, quelle arrestation !!! Alors, là, tous les deux, vous représentez bien la loi !Quant à Lucresse, quand elle danse pour séduire celui qu’elle croit célibataire, elle est vraiment irrésistible... Quand elle raconte à Falokè, sa meilleure copine, qu’elle est certaine d’avoir rencontré l’homme de sa vie, ces deux-là, Charlie, la mère de Victoire qui s’empoigne avec Josiane, la voisine, comme elle sait défendre sa fille ! Avec Josiane, ces deux mères ont formé un beau duo ! Lionel et Armand, les amis de Fiton, comme ils ont bien su tenter de mettre Fiton en garde contre les malheurs qui le guettaient en rejetant son épouse ! Quant à Ame Fleur, elle a été une remarquable sœur pour donner à Faty tout le courage d’aller porter plainte à la police ! Quand elle arrive auprès de sa grande sœur en courant comme une folle parce qu’elle craignait le pire ! Ah, oui, elle a été crédible Ame Fleur !
Article rédigé par Marie Bonnemaison / / Docteur es Lettres / Expatriée à Cotonou depuis 2020 / Rédaction le mercredi 15 mai 2024

Enfin, Modeste, le serveur à La Cabane du Pêcheur !!!
Mais qu’il est drôle quand il se trémousse de plaisir en écoutant le duo amoureux de Fiton et Amanda sous les étoiles. Il se tortille comme s’il partageait leur bonheur ! Et qu’il est drôle quand il lâche son plateau en courant dans ses cuisines, après avoir vu les policiers débarquer !!!...
Tous les comédiens se sont particulièrement impliqués pour jouer ce spectacle. Parce qu’ils savaient que ce n’était pas un spectacle, comme les autres... Ils étaient tous mobilisés comme une armée le jour d’une grande bataille...
En outre, une pièce de théâtre qui aborde un sujet sociétal, banal en soi, hélas ! Et pourtant...
Dieu n’a jamais été appelé au secours... Dans un temple ? C’est assez inouï, non ?! Mais il faut dire que le Pasteur et son épouse sont jeunes.
Tous deux entendent au quotidien leurs fidèles. Les femmes se confient... Mais parfois, Dieu doit être aidé par la loi des hommes. Pour rendre l’espoir et le courage aux femmes qui se sentent souvent abandonnées, il faut parfois accepter d’harmoniser les voix...
« Mais, au fait, dans cette pièce de théâtre, qui s’intitule Les Larmes d’une Reine, elle est où cette reine ? C’est qui cette reine ? Aucune comédienne dans la représentation ne porte de couronne...
ELLE, vous la croisez sans doute tous les jours. Mais vous ne la voyez pas ! Et pourtant, ELLE, ou plutôt ELLES, vous ne les voyez pas !!! ELLES, elles circulent, discrètes, affichant toujours le même sourire, juste un peu tristes...Mais, ELLES, quand elles rentrent chez elles, elles pleurent, elles souffrent. Maltraitées, battues, violentées par leur mari, elles se cachent, malheureuses, honteuses, et parfois, meurent dans l’indifférence, dans l’ignorance, dans un abandon total...
ET POURTANT...
Et pourtant, elles doivent savoir ! Elles doivent savoir qu’elles ne sont pas seules, qu’on ne les oublie pas ! Contre les violences conjugales, il y a des lois au Bénin. Des lois qui protègent les femmes battues. Des lois qui punissent ceux qui les martyrisent !
Ce 12 mai 2024, au Temple d’Affacodji, elles étaient nombreuses, dans la salle, pour suivre ce spectacle, LES LARMES d’une REINE. Et elles ont applaudi quand Faty - ELLE, la Reine du spectacle - a crié « Plus jamais de femme battue !!! »
Les Larmes d’une Reine est un spectacle inédit, qui émeut, qui informe, qui rassure et surtout qui rend à la femme africaine tous ses droits. Alors, LA REINE, c’est la femme qui se cache, qui pleure, qui souffre. Mais qui ne le mérite pas !
Et la pièce de théâtre Les Larmes d’une Reine lui rend justice parce qu’elle retrouve avec ce spectacle toute sa dignité. » ( cf. La Publication sur FaceBook, Corélias Productions du 13 mai 2024 )
Alors, Chers Lecteurs, si vous avez l’occasion d’assister à une nouvelle représentation de Les Larmes d’une Reine, n’hésitez pas ! Vous ne serez pas déçus !!!
Juste une heure de votre temps pour vous "divertir " autrement...

Article rédigé par Marie Bonnemaison / / Docteur es Lettres / Expatriée à Cotonou depuis 2020 / Rédaction le mercredi 15 mai 2024

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

21 mai 2024 par Judicaël ZOHOUN




3 ans de prison ferme pour le propriétaire d’une pharmacie


22 juin 2024 par Akpédjé Ayosso, Ignace B. Fanou
La Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (...)
Lire la suite

« Les populations ont émis des doléances qui seront traitées » (W. (...)


22 juin 2024 par Akpédjé Ayosso, Ignace B. Fanou
Au cours d’une séance d’échange avec les professionnels des médias au (...)
Lire la suite

Voici le décret fixant la structure-type de l’administration des communes


22 juin 2024 par Akpédjé Ayosso, Ignace B. Fanou
La structure-type de l’administration des communes en République du (...)
Lire la suite

La SIRAT SA met en vente des camions IVECO


21 juin 2024 par Marc Mensah
La Société des Infrastructures Routières et de l’Aménagement du (...)
Lire la suite

Le Père Jacques Amoussou n’est plus


21 juin 2024 par Akpédjé Ayosso
Le Patriarche, Père Jacques Amoussou est décédé jeudi 20 Juin 2024, (...)
Lire la suite

« Le CHIC recevra son premier patient cette année » (Benjamin Hounkpatin)


21 juin 2024 par Akpédjé Ayosso
Les populations du Bénin et de la sous-région bénéficieront dans (...)
Lire la suite

Chabi Batta Soulé remplace feu Tabé Gbian au sein du CES


20 juin 2024 par Akpédjé Ayosso
Le Chef de l’Etat Patrice Talon a nommé Chabi Batta Soulé en qualité (...)
Lire la suite

5 individus interpellés pour des activités criminelles à Godomey


20 juin 2024 par Akpédjé Ayosso
Les agents de la Police républicaine ont procédé, mardi 18 juin 2024 (...)
Lire la suite

Les syndicats s’indignent contre leur possible exclusion du CES


20 juin 2024 par Akpédjé Ayosso
Ayant eu vent d’une possible exclusion des syndicats et d’autres (...)
Lire la suite

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU 19 JUIN 2024


19 juin 2024 par Judicaël ZOHOUN
Le Conseil des Ministres s’est réuni mercredi, le 19 juin 2024, sous (...)
Lire la suite

Les populations souhaitent l’intensification des actions du gouvernement


19 juin 2024 par Akpédjé Ayosso
En Conseil des ministres ce mercredi 19 juin 2024, le gouvernement (...)
Lire la suite

Vers la réorganisation des interprofessions anacarde et soja


19 juin 2024 par Akpédjé Ayosso
En Conseil des ministres, ce mercredi 19 juin 2024, le gouvernement (...)
Lire la suite

« Il ne faut pas que Hervé Hèhomey nous oppose à Patrice Talon »


18 juin 2024 par Akpédjé Ayosso, Ignace B. Fanou
Le Président des sages et notables de Covè Justin Djènontin dément (...)
Lire la suite

Le Bénin outille ses cadres pour la mobilisation des ressources (...)


18 juin 2024 par Akpédjé Ayosso, Ignace B. Fanou
Le ministère des Finances organise depuis ce mardi 18 juin 2024, à (...)
Lire la suite

150 agents à recruter pour le Trésor


18 juin 2024 par Akpédjé Ayosso, Ignace B. Fanou
150 fonctionnaires de l’Etat dont 8 personnes en situation de (...)
Lire la suite

Une femme retrouvée morte pendue à Parakou


18 juin 2024 par Akpédjé Ayosso, Ignace B. Fanou
Le corps sans vie d’une jeune dame a été retrouvé, dimanche 16 juin (...)
Lire la suite

Séances plénières mercredi et jeudi à l’Assemblée nationale


18 juin 2024 par Akpédjé Ayosso, Ignace B. Fanou
Le président de l’Assemblée nationale Louis Vlavonou invite les (...)
Lire la suite

144 ambulances pour renforcer le système de référence au Bénin


17 juin 2024 par Ignace B. Fanou, Marc Mensah
Le gouvernement du président Patrice Talon a réceptionné ce lundi 17 (...)
Lire la suite




Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires