mercredi, 8 décembre 2021 •

405 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Célébration de la Journée internationale de la fille

Les gouvernements appelés à investir dans la technologie numérique




Chaque 11 octobre, la communauté internationale célèbre la Journée internationale de la fille (JIFI). A l’occasion de cette 26ème édition de ladite journée, la Directrice régionale de la Fédération internationale pour la planification familiale, région Afrique (IPPFAR), Marie-Evelyne Petrus-Barry et Monica Mwai, une jeune stagiaire au sein de l’équipe de communication d’IPPFAR ont livré un message pour attirer l’attention de tous sur les "droits" des filles dans le monde et appeler les gouvernements à investir dans la technologie numérique afin que les adolescentes et les jeunes filles d’Afrique puissent facilement accéder à des informations précises et de qualité sur leur santé sexuelle et reproductive. Lire ici l’intégralité de leur message.

Message de Marie-Evelyne Petrus-Barry et Monica Mwai de la Fédération internationale pour la planification familiale, région Afrique (IPPFAR) à l’Occasion de la JIFi 2021.

« Répondre aux besoins des adolescentes et des jeunes femmes en Afrique à l’ère du numérique ».
Dans le monde numérique d’aujourd’hui, tout est disponible en ligne : les informations, les produits et les services. Avec un taux de pénétration de la téléphonie mobile en Afrique sub-saharienne de 44%, 22% de la population africaine accède dorénavant au monde entier en cliquant simplement sur un bouton. De plus, l’Union africaine et le Groupe de la Banque mondiale se sont engagés à connecter chaque individu, entreprise et gouvernement africain d’ici 2030. Et alors que 60% de la population africaine est âgée de moins de 25 ans, on peut voir cette jeunesse africaine dans les rues de Nairobi, Accra ou Johannesburg, tapoter frénétiquement sur leurs smartphones, utilisant cette technologie numérique, facilement accessible, pour se divertir et s’instruire. Souvent, et sans surprise, cette quête de connaissances est centrée sur le sexe.
Ce phénomène a cependant eu un impact moins important sur les filles et les jeunes femmes africaines, qui restent prisonnières de tabous et de normes sociales, incapables d’accéder en ligne à des informations précises sur la santé et les droits sexuels et reproductifs. L’écart entre les sexes en matière de téléphonie mobile signifie que seules deux femmes sur trois en Afrique possèdent un téléphone portable et qu’un tiers seulement utilise régulièrement des données mobiles. Les pratiques culturelles rétrogrades et les normes patriarcales endémiques, notamment le mariage précoce, l’excision, la purification sexuelle et l’héritage des femmes, continent de les exposer à d’innombrables risques. Les IST, le VIH, les violences sexuelles liées au genre et les grossesses chez les adolescentes sont monnaie courante ; et les complications liées à la grossesse et à l’accouchement restent la principale cause de décès chez les filles âgées de 15 à 19 ans dans le monde. Cette situation s’est accentuée pendant la pandémie de COVID-19, qui a exacerbé les vulnérabilités des filles et des femmes.
Aujourd’hui, alors que nous commémorons la Journée internationale de la fille, centrée sur la "génération numérique", nous souhaitons attirer l’attention sur les "droits" des filles et les défis uniques auxquels elles sont confrontées dans le monde. Le Mouvement d’Action des Jeunes de la Fédération internationale pour la planification familiale (IPPF), une plateforme de plaidoyer dirigée par des pairs pour les jeunes âgés de 10 à 24 ans - nous montre chaque jour comment l’espace technologique croissant permet lentement aux adolescentes et aux jeunes femmes d’accéder aux appareils numériques et de rechercher des informations sur leur corps, la menstruation, la prévention de la grossesse, le consentement, l’amour, le plaisir, les relations, la contraception et l’avortement sans risque.
C’est pourquoi au Nigeria, la Fédération Nigériane du Planning Familial (PPFN) – l’une des 33 Associations Membres de la Fédération internationale pour la planification familiale, région Afrique (IPPFAR) a commencé à fournir des services de santé sexuelle et reproductive aux jeunes en utilisant plusieurs plateformes numériques, notamment les SMS, Facebook, WhatsApp, Instagram, Twitter, Zoom et des appels téléphoniques directs. Ces plateformes offrent des informations précises, interactives, en direct, des sessions éducatives, des consultations individuelles et des orientations personnalisées. Au Bénin, l’Association Béninoise pour la Promotion de la Famille a introduit des sessions d’éducation sexuelle complète (ESC) en ligne, en réponse à la fermeture des écoles, basées sur le cadre de l’IPPF pour l’ESC avec des modules sur le genre, la santé sexuelle et reproductive, le VIH, les droits et la citoyenneté sexuels, le plaisir, la violence, la diversité et les relations.
Au Togo, l’Association Togolaise pour le Bien-Etre Familial a lancé "InfoAdoJeunes", une application multifonctionnelle développée pour et par les jeunes, qui fournit des informations essentielles sur la santé sexuelle et reproductive de manière amusante et attrayante. L’application comporte 8 onglets de navigation sur l’éducation sexuelle, le cycle menstruel, la contraception, la téléconsultation, la web TV, les jeux et quiz, un forum de discussion et un onglet où les utilisateurs peuvent poser des questions à un expert en temps réel.
Ces initiatives se révèlent très efficaces et les réactions, en particulier celles des jeunes femmes et des jeunes filles, sont très positives ! L’accès en ligne rapide, opportun et privé aux informations et aux consultations sur la santé sexuelle y est amusant, pratique, sans jugement et confidentiel. Tout le monde y gagne !
Nous faisons écho à l’UNFPA : Pour s’assurer un avenir égalitaire, les filles doivent avoir un accès égal aux outils et informations numériques. C’est pourquoi, en cette journée internationale de la fille, l’IPPFAR renouvelle son engagement et appelle les gouvernements à investir dans la technologie numérique afin que les adolescentes et les jeunes filles d’Afrique puissent facilement accéder à des informations précises et de qualité sur leur santé sexuelle et reproductive et qu’elles soient en mesure de prendre des décisions éclairées sur leur corps et leur avenir.
Notons que la Fédération internationale pour la planification familiale, région Afrique (IPPFAR) est l’un des principaux fournisseurs de services de santé sexuelle et reproductive de qualité en Afrique et une voix de défense de la santé et des droits sexuels et reproductifs dans la région.

Juliette MITONHOUN

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

11 octobre 2021 par Ignace B. Fanou




7 ans de prison ferme pour un cadre du trésor


8 décembre 2021 par Marc Mensah
La Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme (...)
Lire la suite

3 agents de sécurité jugés le 29 décembre


8 décembre 2021 par Marc Mensah
Le procès de trois agents de sécurité privée inculpés pour vol de gasoil (...)
Lire la suite

Deux agents de police recherchés


7 décembre 2021 par Marc Mensah
Un avis de recherche contre deux agents de police qui manquent à (...)
Lire la suite

Rapport sur les droits à la protection sociale et la santé au (...)


6 décembre 2021 par La Rédaction
Human Dignity, Human Rights Priority et le Réseau des Soignants Amis (...)
Lire la suite

03 malfrats neutralisés à Cotonou


6 décembre 2021 par Marc Mensah
Dans le cadre de l’opération sécuritaire ‘’Gbowélé’’, trois (03) (...)
Lire la suite

Le nouveau Comité National des scouts investi


6 décembre 2021 par Marc Mensah
Elus en Octobre dernier, les membres du Comité National du Scoutisme (...)
Lire la suite

Général Akpona dépose le rapport du Comité de paix au préfet


1er décembre 2021 par Marc Mensah
Le Comité de dialogue, réconciliation et paix dans la commune de Savè (...)
Lire la suite

Le PAM contrôle la qualité des vivres de l’achat jusqu’aux (...)


1er décembre 2021 par Ignace B. Fanou
Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme national d’alimentation (...)
Lire la suite

La SGDS-GN lance la gestion digitalisée des déchets


1er décembre 2021 par Marc Mensah
La Société de gestion des déchets solides et de la salubrité du grand (...)
Lire la suite

La commercialisation du soja lancée


29 novembre 2021 par Marc Mensah
C’est parti pour sept (07) mois environ de commercialisation du soja. (...)
Lire la suite

L’incroyable univers des monnaies numériques


28 novembre 2021 par Judicaël ZOHOUN
Les crypto monnaies font les choux gras depuis des années. Pas une (...)
Lire la suite

Plaidoyer pour l’accès des femmes au foncier et aux autres ressources (...)


26 novembre 2021 par Ignace B. Fanou
La Fondation Konrard-Adenauer-Stiftung (KAS) en partenariat avec le (...)
Lire la suite

Investir dans la crypto-monnaies


25 novembre 2021 par Judicaël ZOHOUN
Il existe de nombreuses façons d’investir dans la crypto-monnaie, (...)
Lire la suite

Alt sur le marché des crypto


25 novembre 2021 par Judicaël ZOHOUN
Comme les marchés de la cryptographie ne sont pas réglementés, les (...)
Lire la suite

El Hadj Moussa BIO TCHANE, l’homme qui propulsa le nom BIO (...)


25 novembre 2021 par Judicaël ZOHOUN
Le 25 novembre 1980, le Bénin perdait une grande figure politique en la (...)
Lire la suite

98,1 milliards FCFA pour le ministère de la santé


24 novembre 2021 par Marc Mensah
La poursuite des réformes et projets en cours, la riposte contre la (...)
Lire la suite

Le gouvernement signe deux contrats au profit de 4 communes


23 novembre 2021 par Marc Mensah
Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’Adaptation des Villes (...)
Lire la suite

L’ex ingénieur de l’ORTB Stanislas Karim Salou décédé


23 novembre 2021 par Marc Mensah
Le monde des médias et du secteur hôtelier est en deuil ! Stanislas (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires